Modifié le 26 juin 2019 à 10:43

Des élus veulent des règles contre le "pantouflage" des hauts fonctionnaires

Des élus proposent d'intervenir pour éviter tout conflit d'intérêt entre hauts fonctionnaires et économie privée, après des révélations concernant l'ancien secrétaire général à l'Economie Stefan Brupbacher.
Des élus veulent des règles pour éviter tout conflit d’intérêt entre hauts fonctionnaires et économie privée La Matinale / 2 min. / le 26 juin 2019
Des élus de gauche comme de droite veulent intervenir pour éviter tout conflit entre hauts fonctionnaires et économie privée, à l'heure où les transferts de l'administration vers des secteurs économiques ou des lobbies se multiplient.

Banques, associations faîtières, entreprises de relations publiques...les hauts fonctionnaires sont très prisés sur le marché de l'emploi, un risque de mélange des genres qui pose problème pour certains élus. Mardi, le Tages-Anzeiger révélait par exemple que l'ancien secrétaire général à l'Economie, Stefan Brupbacher, aurait déclenché une opération de lobbyisme avec son futur employeur, Swissmem, alors qu’il était encore en fonction aux côtés de Johann Schneider-Ammann.

>> Ecouter aussi: "zones d'ombre autour de l'ancien secrétaire général de Johann Schneider-Ammann":

Stefan Brupbacher, ancien secrétaire général du département de l'économie.
Marcel Bieri - Keystone
Forum - Publié le 25 juin 2019

Le conseiller national socialiste Samuel Bendahan propose de généraliser un délai de carence pour les administrateurs qui souhaitent rejoindre une nouvelle entreprise. "Quand on mélange les genres, on ne sait plus qui on défend", affirme-t-il. "Avec les décideurs, il y a un risque de vouloir plaire à la personne en face avec l'espoir d'être recruté plus tard. Un délai de carence permet de limiter certains cas. C'est-à-dire que quand vous discutez, vous représentez vraiment la Confédération et le peuple."

"Manque de rigueur"

Le PLR Olivier Feller rejoint pour une fois son collègue de gauche. "L'actualité montre hélas qu'un certain nombre de hauts fonctionnaires manquent de rigueur personnelle", partage-t-il. "Il est peut-être nécessaire de prévoir un délai de carence lors d'un départ de l'Etat."

Le PDC Dominique de Buman estime de son côté qu'une surrégulation est inutile. "Jamais les lois ne pourront prévoir tous les cas", nuance-t-il. "Concernant Monsieur Brupbacher, le simple fait d'avoir été mentionné en public et de lui avoir tapé sur les doigts est à mon avis suffisant pour lui signifier que sa démarche ne se fait pas."

Thibaut Schaller/ani

Publié le 26 juin 2019 à 10:42 - Modifié le 26 juin 2019 à 10:43