Modifié le 16 juin 2019 à 23:14

"Les questions environnementales sont dans l'ADN du PLR"

PETRA GOSSI ITW
Petra Gössi, la présidente du PLR, répond aux questions du 19h30 L'actu en vidéo / 2 min. / le 16 juin 2019
Invitée du 19h30 de dimanche, Petra Gössi, la présidente du PLR, a défendu l’engagement écologique de son parti en vue des élections fédérales d’octobre et est revenue sur la grève des femmes de vendredi.

Sur la scène politique nationale, des questions se posent sur la légitimité du PLR en ce qui concerne les questions climatiques, la formation libérale-radicale passant souvent pour frileuse quand il s'agit de prendre des mesures concrètes.

Petra Gössi juge ces critiques infondées et estime que les "gens doivent savoir que c'est dans l'ADN du PLR de faire attention aux questions environnementales".

"Je suis personnellement pour une taxe CO2"

Questionnée plus spécifiquement sur la taxe sur le CO2, Petro Gössi évoque des discussions qui auront lieu le 22 juin au sein du parti tout en concédant être personnellement en faveur de ce projet: "Personnellement, je suis pour une taxe sur le CO2 sur le carburant, mais c'est l'ensemble des mesures qui comptent, jamais une seule", explique-t-elle.

Pour la conseillère nationale schwytzoise, le constat en chiffres est simple. Après les discussions sur le climat, le PLR a baissé dans les intentions de vote.

Petra Gössi constate que le parti est plus fort en Suisse romande, où il est davantage présent sur les problèmes écologiques, qu'en Suisse allemande. "Ça nous montre clairement que nous devons faire quelque chose dans les questions climatiques et environnementales".

De l'importance des exemples

Petro Gössi a aussi été amenée à donner son avis sur la grève des femmes qu'a connue la Suisse vendredi. Si certaines élues PLR ont décidé d'y participer, ce n'était pas le cas de la présidente: "Je n'ai pas fait la grève parce que je pense qu'aujourd'hui nous avons d'autres moyens pour obtenir l'égalité entre les hommes et les femmes, avec, par exemple, l'imposition individuelle ou une augmentation du nombre de places dans les crèches".

Pour la libérale-radicale, l'amélioration de la condition féminine passe d'abord par l'exemple: "Je suis la seule femme présidente d'un parti gouvernemental en Suisse et avec notre conseillère fédérale Karin Keller-Sutter, nous avons un autre exemple très fort. Je pense que cela aide beaucoup les femmes en Suisse."

Pierre Maudet, une affaire cantonale

Le cas Pierre Maudet reste une épine dans le pied du PLR. Au niveau national, Petra Gössi avoue son impuissance: "Je n'ai pas changé d'avis sur Pierre Maudet, je pense qu'il doit démissionner. Je rappelle toutefois que le PLR Suisse ne peut véritablement rien y faire, il s'agit là d'un thème cantonal."

Propos recueillis par Jennifer Covo

Adaptation web: Tristan Hertig

Publié le 16 juin 2019 à 23:02 - Modifié le 16 juin 2019 à 23:14