Modifié le 07 juin 2019 à 12:30

"La Fête des Vignerons échappe aux lois habituelles des spectacles"

L'invité de La Matinale (vidéo) - Stéphane Blok, co-signateur du livret de la Fête des vignerons
L'invité de La Matinale (vidéo) - Stéphane Blok, co-signateur du livret de la Fête des vignerons L'invité-e de La Matinale / 9 min. / le 07 juin 2019
Pour Stéphane Blok, la Fête des Vignerons 2019, dont il est colibrettiste, ressemble à notre époque. La préoccupation écologique est ainsi très présente dans une Fête qui raconte, depuis toujours, la relation entre l'homme et la nature exprimée au travers des travaux de la vigne.

La Fête des Vignerons exprime les questionnements actuels de la société. Stéphane Blok, qui en a écrit le livret avec Blaise Hofmann, en est convaincu.

"Dans nos poèmes, dans notre livret, la préoccupation écologique est bien sûr présente", estime dans La Matinale de vendredi ce poète et musicien vaudois de 47 ans.

Un humain curieux

L'idée est de montrer un humain curieux qui essaie de rentrer en dialogue avec la nature, plutôt que chercher à la dominer.

En 1999 déjà, lors de la précédente édition qu'il a beaucoup aimée, il s'était imaginé écrire le livret de la suivante. A l'époque, âgé alors de moins de 30 ans, espoir de la chanson française, il en a eu l'envie.

Stéphane Blok

La réalité est toujours plus spectaculaire que l'imaginaire.

Stéphane Blok, colibrettiste de la Fête des Vignerons 2019

C'est un luxe de sa profession, poursuit-il. "Jouer un soir dans une salle alternative remplie de jeunes, et le lendemain dans le jardin d'une ambassade". Aujourd'hui, c'est Vevey. Une Fête des Vignerons où "chaque tableau a son humeur, sa force, son grain". Au total, elle en compte dix-neuf.

"L'écriture à deux, c'était super"

Ecrire ce livret avec Blaise Hofmann est comparable à un travail de scénariste. Pour Stéphane Blok, "la réalité est toujours plus spectaculaire que l'imaginaire". Et le fait d'écrire à deux multiplie l'imaginaire. Il estime que tous deux ont été très complémentaires.

Prix des billets

Concernant le prix des billets, 300 francs pour les plus chers, Stéphane Blok précise que cette Fête est moins chère qu'un match de Champions League.

"Avec 200 francs en moyenne, on est au niveau d'un spectacle des Rolling Stones, des bons papys de 70 ans qui jouent le même morceau depuis 40 ans. Et là, on ne se pose pas de question". "Est-ce qu'on est cher, ou pas, ce n'est pas à moi d'y répondre", conclut-il.

Propos recueillis par Xavier Alonso/ddup

Publié le 07 juin 2019 à 10:13 - Modifié le 07 juin 2019 à 12:30