Modifié le 07 juin 2019 à 20:46

Peu d’artistes femmes sont exposées dans les musées en Suisse

Peu de femmes dans les musees suisses
Peu de femmes dans les musées suisses L'actu en vidéo / 2 min. / le 07 juin 2019
Les musées d'art suisses montrent plus souvent l'art des hommes que celui des femmes. Seulement 26% des artistes exposés entre 2008 et 2018 étaient des femmes, selon une recherche conjointe de Swissinfo et de la RTS.

Les rédactions de Swissinfo et de la RTS ont demandé à 125 musées d'art suisses quels artistes ils avaient exposés entre 2008 et 2018. Plus de 60% des établissements ont répondu, avec des résultats pour 80 musées. La recherche a montré que seulement 26% de toutes les expositions individuelles étaient consacrées aux femmes. Dans les expositions collectives, le ratio est similaire, mais légèrement meilleur pour les femmes.

Les musées les plus visités en Suisse comptent en moyenne 13,6% de femmes dans les expositions individuelles. Au Kunsthaus de Zurich, par exemple, la porte-parole Björn Quellenberg déclare: "Notre musée reflète le meilleur de l'art des 600 dernières années et il y avait beaucoup plus d'hommes. Dans les expositions d'art contemporain, cependant, nous mettons clairement l'accent sur une relation équilibrée entre les sexes." Dans les expositions personnelles du Kunsthaus, ce sont les noms connus qui attirent toujours l'attention: Pablo Picasso, Ferdinand Hodler, Félix Vallotton. "Quand on demande au public quel genre d'art il veut voir, on entend très souvent les noms de ces artistes masculins bien connus", explique Björn Quellenberg.

Les collections des musées, en particulier, sont fortement dominées par les hommes. Une étude du Guardian a révélé que 15% de la collection de la Tate à Londres est composée de femmes artistes. Au Kunstmuseum de Berne, la directrice Nina Zimmer, en poste depuis 3 ans, présente cette année deux artistes femmes. "Nous achetons aussi volontairement des oeuvres d'art à des femmes pour la collection, car nous devons rattraper notre retard", déclare-t-elle.

Nathalie Herschdorfer.

Si on expose les femmes, et qu'on présente une parité, je pense que cette parité va être reportée sur l'ensemble du marché de l'art.

Nathalie Herschdorfer, directrice du musée des Beaux-Arts du Locle

Au total, huit musées ont présenté plus de femmes que d'hommes dans leurs expositions individuelles, soit 10%. Le Musée Alexis Forel de Morges, dans le canton de Vaud, a exposé le plus grand nombre de femmes. Le directeur, Yvan Schwab, explique qu'il ne souhaite pas remplir de quota, mais qu'il accorde une attention particulière au travail des femmes. Au Musée du Locle, une exposition 100% féminine a été organisée. Selon la directrice, Nathalie Herschdorfer, les institutions ont aujourd'hui un rôle à jouer pour valoriser le travail artistique des femmes: "Si on expose les femmes, et qu'on présente une parité, je pense que cette parité va être reportée sur l'ensemble du marché de l'art".

Parmi les grandes institutions, la Kunsthalle de Bâle se distingue: 53% des expositions individuelles sont réalisées par des femmes. A noter que ce musée présente exclusivement de l’art contemporain, qui comporte une proportion beaucoup plus importante de femmes artistes que dans l'art moderne ou les sections historiques. Selon l'encyclopédie Sikart, les artistes féminines, âgées de 89 ans ou moins, représentent 38%. Celles qui ont 49 ans ou moins sont à 46%.

Explications sociétales et historiques

Mais alors pourquoi ces femmes sont-elles peu visibles dans les expositions d'art contemporain? Le sociologue Olivier Moeschler, de l'Université de Lausanne, a son hypothèse: "L'art aujourd'hui doit être provocateur et non plus seulement esthétique. Si la provocation vient d’un homme, elle est beaucoup plus susceptible d'être acceptée par la société que si elle vient d’une femme."

"Les femmes ont souvent été oubliées dans la critique d'art de leur époque parce que les critiques étaient toujours des hommes", explique Mara Folini, directrice du Musée d'art moderne d'Ascona, fortement engagée dans la visibilité de la femme dans son institution. Il n'est donc pas étonnant pour elle que le public veuille voir des noms familiers d’hommes, s'il n'y a qu'eux qui sont connus.

Pendant longtemps, les femmes se sont vu refuser l'accès aux académies d'art européennes. Aux 18ème et 19ème siècles, la formation des artistes européens en Europe est devenue de plus en plus professionnelle. Mais pas pour les femmes artistes. Les femmes qui recevaient une éducation ne pouvaient le faire que dans le cadre de leur vie privée, et seulement si elles en avaient les moyens.

>> Voir aussi le sujet du 19h30:

Seul un quart des artistes exposées dans les musées en Suisse sont des femmes.
19h30 - Publié le 07 juin 2019
 

Elodie Botteron, Dimitri Zufferey et la rédaction de Swissinfo/elca

Publié le 07 juin 2019 à 18:50 - Modifié le 07 juin 2019 à 20:46

Les femmes sont généralement plus nombreuses à étudier l'art

En 2018, 55% des femmes ont étudié dans l'une des académies d'art les plus renommées du pays, la Haute école des arts de Zurich. La situation est similaire dans les universités suisses en ce qui concerne l'étude de l'histoire de l'art.

Les conservateurs suisses sont aussi plus souvent des femmes que des hommes, comme l'a révélé cette enquête.