Publié le 02 juin 2019 à 16:31

Remboursement demandé des frais liés aux interruptions involontaires de grossesse avant la 13e semaine

Les franchises maladie des adultes vont régulièrement augmenter.
La résolution d'une députée Verte genevoise demande le remboursement des interruptions involontaires de grossesse avant Le 12h30 / 1 min. / le 02 juin 2019
La députée verte genevoise Alessandra Oriolo a déposé au Grand Conseil une résolution qui demande le remboursement total des frais médicaux liés aux interruptions involontaires de grossesse avant la 13e semaine.

Le but du texte d'Alessandra Oriolo: faire évoluer la loi sur l'assurance-maladie (LAMal), qui prévoit actuellement un remboursement complet des soins liés à une grossesse dès la 13e semaine. Avant cette échéance, les frais engendrés ne sont pris en charge par l'assureur que lorsque la franchise est atteinte.

Un régime discriminatoire selon la Verte. "Il délivre un message punitif assez fort qui dit que si vous n'arrivez pas au bout de votre grossesse, c'est à vous de payer", explique-t-elle. "Environ une grossesse sur cinq prend fin avant la 12e semaine pour des raisons indépendantes de la volonté de la femme, comme les fausses couches. C'est important pour les Verts de pouvoir pallier cette inégalité de traitement."

Autres propositions parlementaires

L'élue invite le Conseil d'Etat genevois à soutenir sa proposition destinée aux Chambres fédérales et qui pourrait déjà être discutée en fin de semaine prochaine au Grand Conseil.

Ailleurs en Suisse, des interventions parlementaires similaires ont déjà été formulées, notamment dans les cantons de Vaud et de Neuchâtel. Au niveau fédéral, la conseillère nationale verte Irène Kälin vient également de déposer une motion en ce sens, mais elle va encore plus loin puisque l'écologiste argovienne demande la prise en charge de l'ensemble des frais médicaux occasionnés pendant toute la durée d'une grossesse.

Adrien Krause/ani

Publié le 02 juin 2019 à 16:31