Modifié

Il faudrait renégocier l'accord-cadre avec l'UE, estiment 41% des Suisses

Sondage [Martin Ruetschi - KEYSTONE]
41% des Suisses aimeraient que Berne renégocie certains points de l'accord-cadre avec l'UE. / Le Journal horaire / 15 sec. / le 26 mai 2019
Selon un sondage de Tamedia publié dimanche, près de la moitié des Suisses souhaite que Berne renégocie certains points de l'accord-cadre avec l'Union européenne, notamment en matière de protection salariale. Le conseiller fédéral Guy Parmelin en fait partie.

Au sein des 41% de personnes qui se sont exprimées pour un ajustement de l'accord institutionnel entre la Suisse et l’Union européenne – une vaste mise à jour des différents traités passés entre les deux partenaires, dont la négociation a débuté en 2014 – , une sur trois souhaite que la protection salariale des travailleurs soit améliorée.

>> Lire à ce sujet: L'accord-cadre pour les nuls: trois fois deux minutes pour tout comprendre

Pour une sur quatre, en revanche, c'est la directive sur la citoyenneté européenne qui pose problème, c'est-à-dire le risque de devoir payer plus de prestations sociales pour les Européens qui résident en Suisse.

20% pour une signature rapide

26% des sondés, eux, sont carrément opposés à l'actuel projet d'accord-cadre et estiment qu'il doit être rejeté une fois pour toutes. A l'opposé, 20% d'entre eux se disent pour une signature rapide du document.

Fin mars, un sondage de l'institut gfs.bern avait conclu que 60% des Helvètes auraient dit "oui" ou "plutôt oui" à l'accord-cadre s'ils avaient dû voter à ce moment-là.

>> Plus de détails:  L'accord-cadre avec l'UE est soutenu par 60% des Suisses selon un sondage

"Nous pouvons faire une contre-offre à Bruxelles"

Le conseiller fédéral Guy Parmelin, chef du Département fédéral de l'économie, fait aussi partie du camp qui estime que la Suisse doit renégocier avec l'Union européenne. Selon le ministre UDC, le texte, en l'état, ne réunit pas de majorité. "Nous pouvons faire une contre-offre à Bruxelles! Ensuite, nous verrons ce qui est possible. C'est notre travail", a-t-il souligné lors d'un entretien ce dimanche dans la SonntagsBlick. Le Vaudois constate que la Suisse veut des relations stables avec l'UE. Mais "lorsqu'un traité ne convient pas, il faut l'adapter", a-t-il résumé.

>> Regarder le sujet du 19h30 sur les "dossiers qui coincent" dans cet accord:

Episode 3 sur l'accord-cadre: les dossiers qui coincent [RTS]
Episode 3 sur l'accord-cadre: les dossiers qui coincent / 19h30 / 2 min. / le 6 mars 2019

La semaine dernière, le porte-parole en chef de la Commission européenne avait répété que l'UE ne fera pas preuve de plus de flexibilité vis-à-vis de l'accord-cadre. "On ne voit pas ce qu'on pourrait encore négocier", avait-il précisé. Tous les Etats membres de l'UE soutiennent d'ailleurs cette position.

ats/vic

Publié Modifié