Modifié le 11 mai 2019 à 21:51

Terre des hommes va licencier 60 personnes, un quart de son effectif

Terre des hommes supprime 60 postes à Lausanne
Terre des hommes supprime 60 postes à Lausanne 19h30 / 2 min. / le 11 mai 2019
La fondation Terre des hommes a d’importantes difficultés économiques. Basée à Lausanne, l'ONG va licencier un quart de son effectif, soit plus de 60 personnes.

Terre des hommes (Tdh) est la plus grande organisation suisse d’aide à l’enfance. Elle a été créée en 1960 par Edmond Kaiser. Sur son site, Tdh explique venir en aide à près de quatre millions d’enfants et membres de leurs communautés dans plus de 40 pays. En 2017, la fondation employait 140 collaborateurs en Suisse et 110 à l’étranger au bénéfice d’un contrat suisse.

Pour soutenir ses actions, Terre des hommes bénéficie d'un budget de 102 millions de francs, selon les chiffres de 2017. Pourtant, ce budget ne suffit plus et la fondation traverse une grave crise depuis des mois.

>> Ecouter l'interview dans Forum d'Ivana Goretta, porte-parole de l'association Terre des hommes:

Ivana Goretta, porte-parole de l'association Terre des Hommes.
- RTS
Forum - Publié le 10 mai 2019

Les raisons de la crise

Selon des sources à l’intérieur de la fondation, trois facteurs clefs expliquent les difficultés de Tdh. Comme les autres organisations humanitaires suisse, Tdh a perdu l’accès aux fonds européens pour l’humanitaire depuis le début de l’année.

Les services juridiques de l’Union européenne ont déterminé que les ONG situées dans un pays non membre ne peuvent plus toucher une part du magot d’un milliard d’euros. Les ONG suisses sont donc exclues d’une des plus grandes sources financières dans l’humanitaire en Europe.

Le second problème est plus structurel. Interrogé par la RTS, un collaborateur qui souhaite rester anonyme estime que l’ONG aurait grandi trop vite. Tdh a lancé des projets sans capacité financière solide. Beaucoup de projets dans l’humanitaire auraient notamment pu être financés par les fonds européens.

L’humanitaire ne fait plus recette

Le manque de crise internationale médiatique explique également les problèmes financiers de Tdh. Les dons se font rares, et depuis plusieurs années, il n’y a pas eu de grandes crises médiatisées qui auraient rapporté de l’argent.

Selon Anne Roulet, chargée de communication à la Fédération vaudoise de coopération (FEDEVACO), "les personnes privées sont de plus en plus sollicitées par les ONG, il est de plus en plus difficile de récolter de l’argent pour l’humanitaire".

Une situation qui se ressent dans toute la branche. En mars 2019, l’Entraide Protestante Suisse (EPER) avait elle aussi annoncé des licenciements. Six personnes ont été touchées, particulièrement au niveau de l’administration et de la communication. Les difficultés économiques d’EPER l'avait également contrainte à stopper plusieurs projets à l’étranger.

>> Le commentaire de Jean-Marc Richard dans le 19h30:

Jean-Marc Richard, ambassadeur de Terre des hommes : "Il a fallu répondre à des demandes et de nombreuses ONG ont grandi trop vite."
19h30 - Publié le 11 mai 2019

François Ruchti

Publié le 10 mai 2019 à 16:48 - Modifié le 11 mai 2019 à 21:51