Modifié le 07 mai 2019 à 10:29

Quelles sont les armes concernées par la votation du 19 mai?

Les Suisses se prononcent le 19 mai sur la révision de la loi sur les armes. Le texte, qui découle d'une nouvelle directive édictée par l'Union européenne, vise à durcir l'accès à certaines armes. Mais lesquelles? La réponse dans notre quiz.

En Suisse, les armes, selon leur type, sont soumises à l'un des trois régimes suivants: celui de la déclaration, celui de l'autorisation ou celui de l'interdiction. Cette dernière n'est toutefois pas absolue et il reste possible d'acquérir une arme même si elle figure dans la catégorie la plus restrictive. Les cantons peuvent en effet délivrer une autorisation exceptionnelle, notamment pour les adeptes du tir sportif ainsi que pour les collectionneurs.

La révision de la loi sur les armes soumise au peuple est soutenue par la majorité des partis, qui y voient un instrument pour accroître la sécurité. Mais les milieux du tir ont lancé un référendum. Pour eux, cette réforme est inutile et menace les traditions suisses. Fusils de chasse, fusils d'ordonnance, revolvers de collection ou kalachnikov: en cas de oui, quelles armes passeraient dans le camp des armes dites interdites? Seize questions pour tester vos connaissances.

En résumé, ce sont les armes semi-automatiques munies d'un chargeur de grande capacité, à l'exception des fusils d'ordonnance, qui sont le coeur de cible de cette révision de la loi. Les armes de ce type sont très courantes dans les stands de tirs du pays, mais personne ne sait exactement combien il y en a en circulation. Tous les autres fusils ou pistolets ne sont pas concernés par la réforme, soit parce qu'ils figurent déjà dans la catégorie des armes dites interdites, soit parce qu'ils resteraient autorisés.

>> Les explications de Loïs Siggen-Lopez dans le 19h30:

La loi sur les armes est un sujet sensible en Suisse
19h30 - Publié le 30 avril 2019

Didier Kottelat

Publié le 07 mai 2019 à 08:27 - Modifié le 07 mai 2019 à 10:29