Modifié le 01 mai 2019 à 21:54

Egalité salariale et grève des femmes, thèmes clé du 1er mai en Suisse

Les célébrations de la fête du travail ont eu lieu dans plusieurs villes suisses mercredi.
Egalité salariale et grève des femmes, thèmes clé du 1er mai en Suisse L'actu en vidéo / 1 min. / le 01 mai 2019
Les célébrations de la fête du travail ont eu lieu dans plusieurs villes suisses mercredi. A Zurich, pas moins de 16'000 personnes se sont mobilisées en faveur de l'égalité des salaires et des chances.

En tête de cortège se trouvaient les membres de la confédération syndicale organisatrice, qui célèbre cette année la fête du travail avec le slogan "#Frauenstreik2019" (#Grève des femmes2019): elle a ainsi mis la journée au service de la mobilisation pour la grève nationale des femmes le 14 juin. Par conséquent, outre le rouge, la couleur violet était également dominante.

Lors de la célébration officielle sur la Sechseläutenplatz, la conseillère nationale PS Barbara Gysi a appelé à "plus de vie et plus d'égalité". Elle a déclaré que pour que les gens aient plus de temps à vivre, les salaires devraient augmenter et les charges - comme les primes d'assurance-maladie - devraient diminuer.

De nombreuses personnes, en partie masquées, issues de milieux autonomes de gauche, ont également suivi le cortège. Elles ont lancé des pétards et jeté des sacs de peinture contre une succursale de banque. La police municipale tire cependant un bilan positif.

>> Regarder le sujet du 19h30 sur le 1er mai en Suisse:

Parmi les revendications du 1er mai, la question des salaires et notamment le salaire des femmes.
19h30 - Publié le 01 mai 2019

Défilé à Genève

A Genève, le cortège du 1er mai était placé mercredi sous le signe de l'égalité, de la justice sociale et du climat. Féministes en tête, il a réuni quelque 2500 personnes dans une ambiance bon enfant.

Le rose et le violet ont dominé en tête du cortège. Environ 300 femmes ont marché ensemble à l'appel du Collectif genevois pour la Grève des femmes du 14 juin. A côté d'un "ça suffit! Grève des femmes", des banderoles et des pancartes dénonçaient le harcèlement sexiste à l'école et les écarts salariaux avec les hommes.

A Unia, l'égalité salariale, notamment dans l'horlogerie et pour les nettoyeuses, a aussi fait partie des revendications. Drapeaux rouges au vent, les métallos marchaient toutefois en première position pour réclamer de meilleures conditions de travail dans le cadre des négociations sur la convention collective de travail genevoise.

Pierre-Yves Maillard version USS

Pierre-Yves Maillard, pour la première fois en public en tant que nouveau président de l'Union syndicale suisse (USS), a prononcé un discours à Olten et Sion. Il en a profité pour saluer la mobilisation des jeunes sur le climat. "Elle a le mérite essentiel d'élargir le champ du débat politique et de nous sortir du fatalisme et de la résignation", a-t-il notamment relevé.

>> Regarder l'interview de Pierre-Yves Maillard dans le 19h30:

Pierre-Yves Maillard revient sur les revendications de ce 1er mai alors qu'il présidera l'Union syndicale suisse dès lundi.
19h30 - Publié le 01 mai 2019

ats/pym

Publié le 01 mai 2019 à 16:23 - Modifié le 01 mai 2019 à 21:54

Simonetta Sommaruga visite une crèche

A l’occasion du 1er mai, la conseillère fédérale Simonetta Sommaruga s’est rendue dans une crèche à Fribourg.

"En venant ici, je veux m’engager et montrer que des professions avec de telles responsabilités doivent aussi avoir de bonnes conditions de travail", a-t-elle expliqué.

Egalement interrogée sur la grève des femmes du 14 juin prochain, la ministre en charge du DETEC (environnement, transport, énergie et communication) a dit appuyer la manifestation: "Il y a des choses à revendiquer lors de cette grève, et je soutiens ces revendications."

Elle n’a toutefois pas souhaité préciser comment elle comptait y participer.