Modifié le 15 avril 2019 à 12:35

"Le pays d'origine est le lieu le plus approprié pour juger les djihadistes"

L'ambassadeur des Etats-Unis en Suisse Ed McMullen.
"Les pays d'origine est le lieu le plus approprié pour juger les djihadistes" La Matinale / 2 min. / le 15 avril 2019
Alors que le Conseil fédéral a décidé de ne pas rapatrier ses ressortissants djihadistes, l'ambassadeur des Etats-Unis en Suisse Ed McMullen estime au contraire que les pays d'origine doivent juger ces personnes sur leur territoire.

Les Etats-Unis ont décidé de rapatrier leurs ressortissants, membres de groupes terroristes, capturés dans la zone irako-syrienne par les forces kurdes. Tout en se gardant bien de toute ingérence dans les affaires intérieures de la Suisse, l'ambassadeur américain Ed McMullen suggère au Conseil fédéral de suivre la stratégie américaine.

"Nous allons rapatrier nos ressortissants et les poursuivre. Et nous espérons que la plupart des pays feront de même. Quiconque a combattu avec l'Etat islamique et qui va être rapatrié doit être inculpé en usant de toutes les voies légales possibles. Et le pays d'origine est le lieu le plus approprié pour juger leurs crimes", a indiqué Ed McMullen au micro de la RTS.

L'armée américaine contribue actuellement à la sécurité de certains lieux de détention dans le nord de la Syrie. Mais, avec la décision de Washington de retirer ses troupes, le président Donald Trump appelle régulièrement les pays européens à venir chercher leurs ressortissants.

La Suisse opte pour ne pas rapatrier ses djihadistes

Le Conseil fédéral a fixé sa ligne d'action en mars dernier: il n'interdit pas un retour des adultes en Suisse, mais n’ira pas les chercher.

>> Lire aussi: La Suisse ne fera rien pour rapatrier ses djihadistes en Syrie ou en Irak

La conseillère fédérale Karin Keller-Sutter a d'ailleurs expliqué sur les ondes de la RTS qu'elle "préférerait que les djihadistes suisses soient jugés sur place".

Une position soutenue par le conseiller aux Etats Olivier Français (PLR/VD): "C'est sur le lieu où se sont déroulés les faits qu'il doit y avoir un traitement juridique des délits. Les forces qui sont intervenues sur le terrain sont celles qui sont le plus capables de faire l'instruction et je pense que le rôle des Etats-Unis est justement de ne pas partir de façon précipitée et laisser la responsabilité aux autres."

Dans le cas où des djihadistes détenteurs d'un passeport helvétique devaient se retrouver en liberté après le retrait américain, le Conseil fédéral a déjà promis de tout mettre en oeuvre pour éviter leur retour incontrôlé en Suisse.

Marc Menichini/Muriel Ballaman/hend

Publié le 15 avril 2019 à 08:01 - Modifié le 15 avril 2019 à 12:35