Modifié le 09 avril 2019 à 21:29

La proportion de femmes dans les Parlements cantonaux en hausse

Poussée de femmes dans les législatifs outre-Sarine. A Zurich, 40% des sièges sont occupés par des femmes.
Poussée de femmes dans les législatifs outre-Sarine. A Zurich, 40% des sièges sont occupés par des femmes. 19h30 / 2 min. / le 09 avril 2019
Après des années de stagnation, la représentation des femmes dans les législatifs cantonaux est repartie à la hausse ces dernières années. Les femmes restent toutefois largement minoritaires dans les travées des Parlements, avec une part de moins de 30%.

Trente et une femmes pour 59 hommes: c'est la nouvelle représentation des sexes au Grand Conseil tessinois issue des élections de ce week-end. Les femmes sont les grandes gagnantes du scrutin, avec neuf sièges supplémentaires. Elles détiennent désormais plus d'un tiers des mandats, soit davantage que la moyenne suisse.

>> Lire: Après sa victoire à l'exécutif, la Lega en net recul au parlement tessinois

Dans l'ensemble des cantons, la part des élues dans les législatifs s'établit aujourd'hui à 29,3%, en hausse de 3,4 points sur quatre ans. Entre 1999 et 2015, la proportion des femmes n'avait plus vraiment augmenté, oscillant entre 24% et 26%. Mais ces dernières années, le vote féminin semble avoir retrouvé de la vigueur.

A gauche comme à droite

Outre-Sarine, les résultats des récentes élections cantonales confirment cette poussée. Fin mars à Zurich, les femmes remportaient ainsi 40% des sièges au Parlement, un record. Une semaine plus tôt, elles obtenaient un tiers des mandats au législatif d'Appenzell Rhodes-Extérieures, faisant bondir leur représentation de 10%.

"Les électeurs ont remarqué que le Parlement doit représenter toute la population. Ils veulent désormais donner leur chance aux femmes qui s'engagent. Les temps où seuls les hommes faisaient de la politique sont révolus", relève Sarah Akanji, 26 ans, fraîchement élue au Grand Conseil zurichois sous les couleurs socialistes.

Cette tendance se retrouve à droite. Daniela Rinderknecht a été élue alors qu'elle ne figurait qu'en 13e position sur la liste UDC. Les Zurichois l'ont préférée aux candidats masculins mieux placés qu'elle. Mais, selon elle, son élection n’est pas uniquement due au fait qu'elle est une femme.

"Ce qui a joué en ma faveur c'est que je viens du monde paysan. Par ailleurs, je m'engage chez les pompiers et dans les autorités scolaires de ma commune. Et en plus, je suis jeune", affirme l'agriculture zurichoise.

A la conquête du Parlement fédéral

Même si on est encore loin de la parité, la faîtière des organisations féminines se réjouit de cette progression. Alliance F mène d'ailleurs une campagne pour élire davantage de femmes au Parlement fédéral cet automne.

"Une démocratie n'est bonne que si elle représente toute sa population. Les femmes ne sont pas une minorité. Au contraire, elles forment une petite majorité et c'est pour ça que leur perspective doit être représentée dans les parlements", estime Jessica Zuber, responsable de cette campagne.

Actuellement, moins d'un conseiller national sur trois est une femme. La situation est encore moins favorable au Conseil des Etats, un bastion masculin, qui compte 39 hommes pour seulement six femmes.

>> Lire aussi: Les femmes à la conquête du Conseil des Etats, ce bastion masculin

Jean-Marc Heuberger/dk

Publié le 09 avril 2019 à 21:14 - Modifié le 09 avril 2019 à 21:29