Modifié

La Suisse pourrait en faire plus pour l'aide au développement, selon l'OCDE

La Suisse est un solide partenaire pour l'aide au développement, constate l'OCDE.  [Anthony Anex - Keystone]
La Suisse pourrait en faire davantage pour l'aide au développement, selon l'OCDE / Le 12h30 / 2 min. / le 5 avril 2019
La Suisse pourrait en faire davantage pour l'aide au développement, a constaté vendredi l'Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE), tout en saluant un partenaire solide dans ce domaine.

Le bilan du nouvel examen réalisé tous les cinq ans par le Comité d'aide au développement de l'OCDE est globalement positif. Les partenaires de la Suisse apprécient son expertise, ainsi que la prévisibilité et la flexibilité de son soutien, soulignent les experts dans leur rapport publié vendredi.

Une série de recommandations doivent aider la Confédération à bâtir sur ses acquis. La Suisse devrait notamment rétablir son engagement à consacrer 0,5% de son revenu national brut à l'aide publique au développement. Cette promesse a été tenue entre 2014 et 2016, mais le budget annexé au message 2017-2020 ne prévoit d'atteindre que 0,48%. En 2017, le niveau a même été réduit à 0,46% et à 0,45% en 2018.

Une meilleur analyse préconisée

La Suisse est par ailleurs invitée à analyser de manière plus poussée l'impact de ses politiques nationales sur les pays en développement. D'éventuelles incohérences devraient être mises en évidence et débattues au sein du gouvernement mais aussi dans le grand public.

Les experts recommandent encore à Berne d'intégrer davantage l'égalité des genres et la gouvernance dans ses interventions. Le nombre limité de projets visant à limiter les changements structurels dans ces domaines nuit aux efforts pour favoriser un changement en profondeur.

La Suisse s'est dotée de solides mécanismes en vue de garantir la qualité de l'aide. Mais la multiplication des informations à livrer pour rendre des comptes réduit le temps des responsables de programme pour améliorer les projets. Les experts conseillent de recueillir davantage de données servant à déterminer si le programme atteint les plus vulnérables.

>> Le débat dans Forum entre Yves Nidegger, conseiller national UDC genevois, et Nago Humbert, fondateur de l'organisation Médecins du Monde:

Nago Humbert, fondateur de l'organisation Médecins du Monde et Yves Nidegger,conseiller national UDC genevois. [Jean-Marc Nyffeler/Gaetan Bally - RTS/Keystone]Jean-Marc Nyffeler/Gaetan Bally - RTS/Keystone
Débat entre Yves Nidegger et Nago Humbert sur l'aide au développement en Suisse / Forum / 10 min. / le 5 avril 2019

ats/lan

Publié Modifié