Modifié

Passeports biométriques: opposants au front

Le comité rose-vert du "non" a présenté ses arguments à Berne. [Keystone]
Le comité rose-vert du "non" a présenté ses arguments à Berne. [Keystone]
Le projet de passeport biométrique risque de déboucher sur le fichage forcé de 6,7 millions de Suisses. Evoquant un scénario à la Orwell, la gauche a présenté jeudi ses arguments en faveur d'un «non» lors de la votation du 17 mai.

«Il s'agit d'un projet typique d'un Etat policier à dimension
internationale. Ce qu'a critiqué George Orwell dans «1984» était
innocent par rapport à ce qui nous menace aujourd'hui», a déclaré
le conseiller national Daniel Vischer (Verts/ZH) devant la
presse.

Le comité réunissant le PS, les Verts et le PCS ne veut rien
entendre d'un stockage des empreintes digitales, que contiendra la
puce du nouveau passeport, dans un fichier central. «C'est la
généralisation d'un traitement jusqu'ici réservé aux
criminels».

Ces données pourraient être utilisées à mauvais escient pendant 20
ans. Pire, des entreprises de sécurité du monde entier pourraient
accéder à des informations personnelles.

Pas question non plus d'introduire une carte d'identité
biométrique comme le projet le permettrait. Ce point, pas plus que
le fichier centralisé, ne figure pas dans les exigences posées par
les Etats-Unis et l'Union européenne (UE).

Logique policière et liberticide

Au lieu d'afficher une certaine retenue, le Conseil fédéral a
suivi «la même logique centralisatrice, policière et liberticide
qui a mû les divers ministères de justice des pays européens», a
dénoncé le conseiller national Carlo Sommaruga (PS/GE).

Outre les aspects relevant de la protection des données, la gauche
n'apprécie pas qu'à l'avenir les cartes d'identité, tout comme les
passeports, soient délivrés dans quelques centres cantonaux et non
plus au service communal des habitants. Pour elle, il s'agit d'un
«démantèlement inacceptable du service public».

Le comité remet également en cause l'argument selon lequel un
«non» remettrait en cause la liberté de voyager des Suisses. «La
Suisse pourra continuer d'éditer des passeports biométriques à la
demande. Il n'y aura pas de problème pour se rendre aux Etats-Unis.
Quant à la carte d'identité actuelle, elle suffit pour les pays
européens», a assuré la conseillère nationale Margret Kiener
Nellen.

La socialiste bernoise émet en outre de sérieux doutes sur le prix
du nouveau passeport annoncé par le Conseil fédéral (140 francs
pour les adultes, 60 pour les enfants). Vu les coûts
d'investissement et d'exploitation, «des hausse ne sont pas à
exclure».

Le référendum avait été lancé par un comité interpartis composé de
représentants de l'UDC, du PS, de l'UDF, du PdT et des Verts. Il
avait formellement abouti le 15 octobre dernier, avec 63'733
signatures valables.

ats/ant

Publié Modifié

Importantes failles techniques

Le comité du "non" s'est assuré les services de l'informaticien Michel Paschalidès pour dénoncer les failles techniques du passeport biométrique.

Selon lui, il serait notamment possible de pouvoir tracer les détenteurs du document et leurs déplacements.

S'il s'agit d'un banquier et de son client, le secret bancaire pourrait en prendre un coup, vu qu'il serait plus facile de repérer leurs rencontres.

Le passeport ne serait en outre pas immunisé contre les virus.

Bref, remettre ce document en affirmant qu'il est sûr, «c'est comme si on décide de se protéger par des portes blindées et que le moule de la clef qui ouvre la porte est à la portée de toute personne»

Schengen pas menacé en cas de "non"

Le camp rose-vert ne croit pas à la menace, brandie par le gouvernement, d'une exclusion de la Suisse de l'espace Schengen en cas de «non» le 17 mai.

Le Conseil fédéral devra uniquement demander un délai de transition à Bruxelles et revenir devant le Parlement avec un nouveau projet, selon Carlo Sommaruga.

La nouvelle mouture ne devrait alors plus prévoir de fichier centralisé ni usage des données à des autres fins.

Et les Suisses devraient pouvoir choisir librement entre documents (carte d'identité et passeport) biométrique ou non biométrique.