Modifié le 12 mars 2019 à 22:15

Quelles conséquences pour les élèves participant à la grève du climat?

Grève climat de vendredi : absences des élèves, cantons ouverts sous conditions. Valais et Fribourg tolérance zéro
Grève climat de vendredi : absences des élèves, cantons ouverts sous conditions. Valais et Fribourg tolérance zéro 19h30 / 2 min. / le 12 mars 2019
De la tolérance absolue dans certains établissements, jusqu'aux sanctions systématiques, les mesures envers les élèves absents le 15 mars varient beaucoup en Suisse romande. La plupart des cantons se laissent encore la liberté de réévaluer leur dispositif.

Les établissements romands se préparent à la nouvelle grève pour le climat, qui aura lieu le vendredi 15 mars. Dans le canton de Vaud, le gouvernement a annoncé que les élèves participant à la grève ne seront pas sanctionnés, si leur absence est dûment justifiée.

En particulier, le centre d'enseignement professionnel de Vevey, le CEPV, prend cette action au sérieux en considérant le motif d'absence "participation à la grève du climat" comme admissible. Les travaux écrits manqués dans le cadre de cette journée pourront être rattrapés. Le syndicat SUD a toutefois demandé au gouvernement vaudois que les absences des apprentis pour motifs de grève ne soient plus annoncées aux patrons. Car, selon le syndicat, plusieurs apprentis ont été menacés de sanctions ou de licenciement, en cas de nouvelle participation à la grève.

A Neuchâtel, on distingue l'école obligatoire, où les parents doivent fournir une excuse, comme pour toute autre absence. Le service de l'enseignement obligatoire neuchâtelois précise par e-mail qu'"en cas de participation à l'événement, les parents assument totalement les conséquences y relatives". Pour le secondaire, une excuse doit aussi être produite par les élèves majeurs. Le département de l'éducation et de la famille ajoute qu'il n'y aura pas de sanction, mais que les cours manqués devront être rattrapés.

Dans le Jura bernois, les élèves disposent de 5 demi-journées d'absence qu'ils peuvent prendre sans devoir se justifier. Ils pourront les utiliser pour la grève du climat. S'ils n'en ont plus, ils pourront tout de même s'absenter sans être sanctionnés, mais en compensation, ils devront présenter un travail sur le thème du développement durable. Dans le Jura, les élèves disposent de 2 demi-journées. Ceux qui les auraient déjà utilisés auront des heures d'absence injustifiées.

De lourdes conséquences

Suite au tollé suscité par la note de 1 - attribuée aux étudiants grévistes du Gymnase intercantonal de la Broye le 18 janvier - puis annulée, les directeurs des écoles du secondaire de Fribourg se sont accordés pour adopter la même stratégie. C'est-à-dire que la participation à une grève en faveur du climat n'est pas considérée comme un motif d'absence valable. Les sanctions ne seront pas automatiques, elles seront discutées lors de conseils de direction. Si des examens sont planifiés ce jour-là, c'est le règlement interne de chaque école qui s'applique. Mais en cas d'absence injustifiée, la note de 1 sera attribuée.

A Genève, pas de sanction, mais si un test est prévu et que l'enseignant ne le reporte pas, les absents auront la note de 1. Enfin, en Valais, la grève est tout bonnement interdite. Le conseiller d'Etat valaisan Christophe Darbellay déclare qu'"il y a suffisamment de temps en dehors de l'école pour s'adonner à des activités citoyennes telle que la lutte pour le climat".

La 3ème mobilisation

En début d'année, à deux reprises, les jeunes Romands se sont fortement mobilisés. Le vendredi 18 janvier, ils étaient 15'000. Certains avaient dû attendre la fin des cours, d'autres s'étaient mis en grève pendant les heures de classe, prenant de court certaines écoles. Cette fois-ci, les règles sont claires.

Sujet TV: Florence Vuistiner, Alexandre Willemin, Damien Mettraux, Erwan Jagut, Rafaël Poncioni

Adaptation web: Elisa Casciaro

Publié le 12 mars 2019 à 21:32 - Modifié le 12 mars 2019 à 22:15