Modifié

L'Europe au coeur de l'Assemblée des délégués du Parti socialiste suisse

Le parti socialiste suisse divisé cherche une majorité pour rallier l'accord-cadre européen. [RTS]
Le parti socialiste suisse divisé cherche une majorité pour rallier l'accord-cadre européen. / 19h30 / 2 min. / le 2 mars 2019
Le PS dit "oui à l'Europe et oui à la protection des salaires", a déclaré Christian Levrat, président du parti, samedi au moment de lancer la campagne socialiste en vues des élections fédérales du 20 octobre prochain.

"Nous cherchons une solution" qui permette de protéger les salaires tout en ayant un accord-cadre avec l'Europe. "Nous voulons un accord-cadre", mais "nous avons besoin de plus de temps et un travail plus sérieux de la part du Conseil fédéral", a indiqué Christian Levrat devant les délégués du parti réunis à Arth-Goldau (SZ). Pour le Fribourgeois, le PS suit une politique "claire et cohérente: oui à l'Europe et oui à la protection des salaires".

Cette prise de position intervient alors que le différend entre l'Union européenne et la Suisse au sujet de l'accord-cadre provoque des remous au sein du parti, comme l'atteste la décision de l'ancienne conseillère nationale zurichoise Chantal Galladé, qui a quitté le PS pour rejoindre les Vert'libéraux.

>> Lire aussi: L'accord institutionnel entre la Suisse et l'UE dévoilé par le Conseil fédéral

Promesses pour les élections fédérales

Afin d'atteindre l'objectif de franchir la barre des 20%, la campagne du PS pour les fédérales est axée sur quatre "thématiques prioritaires": limitation des primes d'assurance maladie, "égalité systématique" entre les hommes et les femmes, "pas un franc de plus pour le pétrole" et droit au travail et à la formation pour tous.

Les délégués ont adopté un papier de position "emploi et formation pour toutes et tous". Le PS veut "que toute personne vivant en Suisse ait le droit de suivre une formation et la possibilité de travailler". Le parti veut notamment des offres de formations de rattrapage pour les adultes, des possibilités de formation initiale pour les jeunes immigrants, ainsi que l'intégration dans le marché du travail des réfugiés et des personnes admises à titre provisoire.

Pour financer cette "offensive pour la formation", le PS veut utiliser les excédents de recettes de la Confédération. Le PS exige que la moitié de l'excédent de recettes de la Confédération soit utilisée pour financer la formation. En 2018, l'excédent a atteint 2,9 milliards de francs.

Le PS veut aussi l'égalité entre hommes et femmes "maintenant". L'égalité, c'est aussi l'égalité salariale. "Je suis choqué qu'en 2019 nous ne parvenions pas à faire reculer ces inégalités", a souligné le président du PS.

Ces promesses sont "notre boussole" pour les quatre prochaines années. "Nous devons gagner les élections", a lancé le président du PS.

>> Les partis suisses sont divisés sur un accord-cadre avec l'Europe, explications de Rouven Gueissaz dans le 19h30:

Les partis suisses sont divisés sur un accord-cadre avec l'Europe. Les explications de Rouven Gueissaz. [RTS]
Les partis suisses sont divisés sur un accord-cadre avec l'Europe. Les explications de Rouven Gueissaz. / 19h30 / 1 min. / le 2 mars 2019

ats/cab

Publié Modifié

Loi sur les armes soutenue

Le PS recommande de voter oui le 19 mai prochain à la nouvelle la loi sur les armes. Elle découle des nouvelles mesures antiterroristes de l'Union européenne. Un référendum a été lancé contre cette réforme.

La nouvelle loi apporte davantage de sécurité pour la police et la population. En cas de refus, la participation de la Suisse à l'accord de Schengen serait en grand danger, ont estimé les délégués du PS réunis samedi à Arth-Goldau (SZ). Ils ont décidé par 106 voix contre 1 de recommander de voter oui à la nouvelle loi.