Modifié le 26 février 2019 à 21:40

La Suisse a exporté pour 510 millions de francs d'armement en 2018

Les munitions ont représenté la majorité des livraisons (34%) suisses en 2018.
Les exportations d'armes suisses ont augmenté de 14% en 2018 Forum / 2 min. / le 26 février 2019
Les entreprises suisses ont exporté pour 509,9 millions de francs de matériel de guerre l'an dernier, soit une hausse de 14% par rapport à 2017, selon des chiffres publiés mardi par le Secrétariat d'Etat à l'économie (Seco).

Cette augmentation s'explique surtout par la prise en considération de nouvelles données statistiques, à savoir les réparations de matériel et les exportations temporaires.

Or, selon le Seco, il est trop tôt pour déterminer quelle part de la hausse est directement liée aux nouvelles bases de calcul. "Il faudra attendre quelques années pour dégager une tendance", précise-t-il.

L'Allemagne, principal destinataire

Parmi les principaux pays destinataires, l'Allemagne figure largement en tête, avec plus de 118 millions de francs d'importations d'armes helvétiques.

Le Danemark arrive en deuxième position (près de 74,5 millions de francs), suivi des Etats-Unis (52 millions), de la Roumanie (22,5 millions) et de l'Italie (19,6 millions).

Les munitions ont représenté la majorité des livraisons (34%), alors que les véhicules blindés ont concerné près d'un quart des exportations. Les composants pour avions de combat et les armes de tout calibre ont constitué respectivement 10,4% et 10,1% des ventes.

Arrêt des exportations vers l'Arabie saoudite

Alors que l'industrie de l'armement suisse trouve ses principaux clients en Europe, elle a continué à fournir du matériel de guerre aux Emirats arabes unis, au Qatar et à l'Arabie saoudite.

Ces ventes sont fortement controversées depuis l'implication de ces pays dans la guerre au Yémen, ainsi que depuis le meurtre du journaliste Jamal Khashoggi il y a quelques mois. "Le DEFR (le Département fédéral de l'économie) a cessé toutes ses exportations vers l'Arabie saoudite depuis fin octobre", précise Simon Plüss, au micro de la RTS.

Le responsable du Secteur politique de la maîtrise des armements du Seco ajoute: "L'exportation vers ce pays est très restrictive depuis des années. On n'exporte que des pièces de rechange pour des systèmes de défense anti-aériens."

Abus constatés au Liban

Depuis 2012, la Suisse effectue des contrôles dans les pays destinataires afin de vérifier que ceux-ci ne réexportent pas le matériel helvétique.

Des abus ayant été constaté au Liban l'an dernier, la Suisse y a interrompu toutes ses ventes jusqu'à nouvel avis.

>> Le débat entre Olivier Français (PLR/VD) et Isabelle Chevalley (Vert’libérale/VD):

Isabelle Chevalley, conseillère nationale (Vert'libérale-VD), et Olivier Français, conseiller aux Etats (PLR-VD).
DR
Forum - Publié le 26 février 2019

Mathieu Henderson

Publié le 26 février 2019 à 13:42 - Modifié le 26 février 2019 à 21:40