Grand Format

Quand les cinémas se renouvellent

Introduction

L'année 2018 a battu un record négatif de fréquentation en salles, avec une baisse de 13% en Suisse. Les cinémas doivent aujourd'hui proposer plus que des films pour rester attractifs. Exemples avec 4 formules innovantes en Suisse romande.

Exemple 01

Cinéma événementiel

Jeux vidéo, murder party, brunch, c'est parfois ce qu'il faut pour que le public choisisse le cinéma plutôt que le canapé. Au Cinémont, à Delémont (JU), on propose une expérience au-delà de la salle obscure, avec des événements variés. Ouvert en 2015, le cinéma obtient un bon bilan. La fréquentation est stable : 130'000 spectateurs en 2018, autant qu'en 2017.

Edna Epelbaum, CEO Cinémont

On est devenu vraiment un lieu dans le canton pour le cinéma mais aussi pour organiser des événements, des conférences.

Edna Epelbaum, CEO Cinémont

Le cinéma devient un lieu social, dans une région où le public se reconnaît et apprécie de se rencontrer. Il mise sur la proximité, en cherchant à susciter l'engouement, par exemple avec la projection d'un film amateur sur une entreprise locale.

Salles de cinéma: le Cinémont de Delémont (JU) se diversifie pour continuer d’exister.
12h45 - Publié le 06 février 2019

Exemple 02

Cinéma associatif

Le CityClub de Pully perdure grâce à un modèle associatif depuis 60 ans, avec 15'000 spectateurs par année. 50 bénévoles permettent de tenir le budget de 400'000 francs. Les 300 membres cotisants font aussi partie de l'équation.

"Ce sont des petits bastions de résistance culturelle qu'il faut soutenir", explique un spectateur. Le cinéma se différencie notamment par sa programmation alternative. Avec des films qui ne trouvent pas de distributeurs en Suisse ou des séances spéciales pour les aînés ou les enfants.

Salles de cinéma : bénévolat et jeune public au CityClub de Pully (VD)
12h45 - Publié le 07 février 2019

Exemple 03

Cinéma de luxe

Champagne, siège en cuir, espace pour étendre ses jambes. La formule de luxe du Ciné 17 à Genève fonctionne même avec des billets plus chers que la moyenne. Selon son directeur, à l'heure du streaming et des home cinéma, les salles doivent offrir un service en plus pour que les spectateurs reviennent. Résultat: une augmentation de 25% de la fréquentation. Le contraste est saisissant avec la courbe descendante des cinémas en Suisse depuis près de 15 ans.

Exemple 04

Cinéma automatisé

Autre salle genevoise, même directeur, mais approche plus pragmatique. La salle de l'Empire, autrefois spécialisée dans les films pour adultes, a eu du mal à trouver la bonne formule. Aujourd'hui, grâce à un système centralisé, une seule personne suffit pour faire tourner le cinéma pendant les heures creuses.

Une tablette permet de contrôler l'éclairage et les rideaux. Les films sont lancés automatiquement à heure fixe. Les charges de personnel, trop élevées par rapport à la faible fréquentation et qui sont souvent à l'origine des fermetures de cinémas, sont ici réduites au strict minimum. Le cinéma peut alors ouvrir tous les jours de l'année.

Moins de charges, plus de confort Les cinémas doivent évoluer
12h45 - Publié le 08 février 2019

La faute au beau temps, à la Coupe du monde de football, à la qualité des films... Les baisses de fréquentation étaient provoquées par des événement extraordinaires pendant de nombreuses années. Mais aujourd'hui la concurrence s'est multipliée et continue de se développer. Home cinémas, streaming, réseaux sociaux, "il n'y a plus besoin d'aller au cinéma pour voir des images, on peut en voir partout" résume le responsable des salles Empire et Ciné17.

C'est le point commun de ces formules à succès, elles mettent l'image au centre d'un concept plus large, qui fait la part belle à la proximité, la diversité et la modernité.

Face à l’érosion de la fréquentation des cinémas, les salles se réinventent
19h30 - Publié le 08 février 2019

Crédits

  • Cédric Adrover, Pascale Defrance et Elisa Casciaro