Modifié

La FMH pour la gratuité des primes maladie pour les enfants

Jürg Schlup estime qu'il manque 3000 médecins en Suisse.  [Marcel Bieri - Keystone]
La FMH pour la gratuité des primes maladie pour les enfants / Le Journal horaire / 16 sec. / le 3 février 2019
"Les enfants ne doivent pas payer de primes d'assurance maladie", affirme le président de la Fédération des médecins suisses Jürg Schlup dans le SonntagsBlick. Mais il faut à ses yeux revoir le catalogue des services fournis par les caisses.

Jürg Schlup constate également dans cette interview que des réductions de primes sont nécessaires. Dans cette optique, la FMH se félicite de l'arrêt rendu cette semaine par le Tribunal fédéral, selon lequel les classes moyennes suisses doivent aussi avoir droit à une réduction des primes.

>> Lire: Le Tribunal fédéral met de l'ordre dans les subsides pour l'assurance maladie

Selon le médecin, il faut toutefois que le catalogue des services fournis par les caisses soit revu. Toutes les prestations n'ont pas la même importance pour le bien-être des patients: si quelqu'un souffre de varices qu'il souhaite traiter pour des raisons esthétiques, illustre Jürg Schlup, on peut se demander s'il ne devrait pas le payer de sa poche.

Manque de médecins

Par ailleurs, le président de la Fédération des médecins suisses s'inquiète du manque de médecins. "A l'heure actuelle, nous en recherchons près de 3000, mais nous n'en avons pas suffisamment formés. Cela nous rend dépendants des contingents étrangers ", souligne-t-il.

ats/lan

Publié Modifié

Les primes, un motif d'endettement

Selon le "SonntagsZeitung", les primes d'assurance-maladie sont aujourd'hui le deuxième motif le plus courant d'arriérés de paiement. C'est ce que montrent les enquêtes menées par l'Office fédéral de la statistique et la faîtière Dettes Conseils Suisse.

Selon le secrétaire général de l'association Sébastien Mercier, les personnes à faibles revenus ainsi qu'une partie de la classe moyenne s'appauvrissent chaque année en raison de l'augmentation des coûts des soins de santé.

Environ 6,4% de la population vit dans un ménage qui n'est pas en mesure de payer les primes d'assurance-maladie à temps au moins une fois. A titre d'exemple: il y a vingt ans, 17% seulement des clients du bureau bernois de conseils en dettes devaient de l'argent à leur caisse maladie. Aujourd'hui, cela concerne plus de la moitié d'entre eux.