Modifié le 21 janvier 2019 à 08:15

Des parlementaires suisses touchés par un vol de données numériques

Dominique de Buman.
Des dizaines de parlementaires touchés par un vol de données numériques Forum / 4 min. / le 20 janvier 2019
Parmi les 2,5 milliards de données d'accès publiées sur Internet lors de la dernière fuite de données majeure baptisée "Collection#1" figurent celles de dizaines de parlementaires suisses, révèle dimanche la "SonntagsZeitung".

En Suisse, au moins 78 parlementaires helvétiques sur 278, soit plus d'un quart, sont touchés par cette fuite de données.

Parmi eux figurent la conseillère nationale libérale-radicale bernoise Christa Markwalder ainsi que la socialiste zurichoise Priska Seiler Graf. Tout comme le PDC fribourgeois Dominique de Buman, qui présidait encore récemment le Conseil national.

"Pas encore avéré"

Ce dernier a révélé dans l'émission Forum avoir été alerté du vol de données "ce matin, en lisant la SonntagsZeitung". Il dit aussi que ce n'est pas encore avéré: "La section informatique des services du Parlement ont immédiatement empoigné le problème en voulant savoir si c'était le serveur de la Confédération qui était en cause, ou si c'était, par hasard, des adresses de parlementaires qui étaient prises dans un système de hackage". Selon les informations de Dominique de Buman, "il ne s'agirait pas d'un piratage direct du système parlementaire".

Adresses électroniques et mots de passe

La fuite a diffusé leurs adresses e-mail et peut-être même leurs mots de passe, selon le journal alémanique. Ce qui pourrait tenter les hackers de les espionner. Selon ce que sait Dominique de Buman, les mots de passe dérobés ne seraient plus valables: "Mais il faut rester prudent, car toutes les vérifications n'ont pas été faites. Il peut y avoir des effets de provocation; il ne faut pas sous-estimer la menace, ni la surestimer".

Jeudi, un énorme ensemble de données volées – 87 gigaoctets – contenant des informations de connexion ont fait leur apparition sur Internet. Ces données ont toutes été volées.

Stéphanie Jaquet et l'ats

Publié le 20 janvier 2019 à 21:16 - Modifié le 21 janvier 2019 à 08:15