Modifié le 17 janvier 2019 à 09:29

La police fédérale veut recruter des jeunes talents via les réseaux sociaux

Nelson est le personnage de la première capsule de Fedpol.
La police fédérale veut recruter des jeunes La Matinale / 1 min. / le 17 janvier 2019
Confrontée à de nouveaux défis sécuritaires, Fedpol lance une campagne de recrutement en vidéo adressée à la jeune génération, connectée et mobile. L'office souhaite rencontrer ses futurs employés sur Linkedin.

Fedpol cherche des nouveaux talents à la pointe du numérique. Dans un contexte plus connecté que jamais, Fedpol explique que la criminalité évolue à l'image de la société et doit faire face à de nouveaux défis sécuritaires: terrorisme, cybercriminalité ou encore gestion du ''big data'', soit l'ensemble des données numériques produites par l'utilisation des nouvelles technologies.

Mise en ligne mardi sur son site internet, Youtube, Twitter et Linkedin, une première courte vidéo veut moderniser l'image de la police à travers un jeune geek.  

Le profil idéal

Connecté, observateur, polyglotte, rapide: la vidéo de recrutement de Fedpol trouve son héros en la personne de Nelson, enquêteur. Un millenial qui surfe notamment sur le dark web...pour trouver une recette ''ultra-secrète'' de houmous à la libanaise. '

'Avec le big data, on a besoin de jeunes comme celui de la vidéo, capables d'analyser et d'enquêter'', explique Nicoletta della Valle, directrice de Fedpol, interrogée jeudi dans La Matinale de la RTS. Traduit en français, en allemand et en anglais, le petit film d'une minute et vingt-cinq secondes espère attirer les talents. ''Aujourd'hui, les jeunes ne cherchent pas des emplois dans les journaux, continue-t-elle. Ils sont sur les médias sociaux. On recherche des profils pointus avec des compétences spécifiques.''

Difficile de convaincre les jeunes de servir la Confédération? ''Je ne crois pas, répond la directrice. Ils ont besoin de trouver du sens à leur travail, et on doit donner des conditions favorables.'' 

Lutte contre le terrorisme

La campagne de recrutement intervient alors que Fedpol est sans nouvelle des deux Suisses arrêtés au Maroc dans le cadre de l'affaire des touristes scandinaves égorgées. ''Nous sommes en contact avec les autorités marocaines, précise Nicoletta della Valle. Nous leur donnons des informations et nous nous rencontrerons.'' 

Le Parquet fédéral mène soixante enquêtes sur des djihadistes ayant des liens en Suisse, en Romandie notamment. ''Les défis sont plus importants depuis internet. D'où notre besoin de profils numériques pour faire ce travail'', conclut la directrice.

>> Ecouter l'interview complète de Nicoletta della Valle dans La Matinale:

La directrice de Fedpol, Nicoletta delle Valle.
Anthony Anex - Keystone
La Matinale - Publié le 17 janvier 2019

Propos recueillis par Romaine Morard

Adaptation web: Alexia Nichele

Publié le 17 janvier 2019 à 09:08 - Modifié le 17 janvier 2019 à 09:29