Modifié le 10 janvier 2019 à 17:25

Les internautes seniors partagent davantage de fake news

La technologie peut permettre de maintenir l'autonomie des aînés.
Les seniors partageraient d'avantage les fakes news que les jeunes Le 12h30 / 1 min. / le 10 janvier 2019
Menée sur la campagne présidentielle américaine de 2016, une étude a montré que les personnes de plus de 65 ans ont eu tendance à partager davantage de fausses informations sur internet. Leurs opinions politiques ont également joué un rôle.

Plus on est âgé, plus on a de la peine à détecter les fake news. Et plus on les partage. C'est ce qu'a montré une étude publiée mercredi dans la revue Science Advances. Durant la campagne présidentielle américaine de 2016, des chercheurs de Princeton et New York ont analysé les publications d'un millier d'usagers Facebook. Ils ont ensuite comparé les liens que ces derniers ont partagés à une liste de médias connus pour diffuser des fake news.

Moins de 8,5 % de gens ont partagé des liens issus de ces sites, mais l'étude a montré que les plus de 65 ans ont posté près de sept fois plus d'articles issues de sources peu sûres que les 18-29 ans.

Manque de compétences numériques

"Il est possible qu'un groupe entier d'Américains, aujourd'hui âgés de 60 ans et plus, manque des compétences relatives aux médias numériques nécessaires pour déterminer la fiabilité des articles rencontrés en ligne", expliquent les auteurs de l'étude.

Au-delà de l'âge, les opinions politiques des usagers ont également influencé le partage de fake news. Les personnes se décrivant elles-mêmes comme conservatrices ou républicaines ont davantage partagé de liens issus de médias connus pour relayer des infox que les utilisateurs se disant plus libéraux ou démocrates. Ni le genre, ni le revenu ou le niveau d'éducation ne sont apparus aux chercheurs comme des facteurs d'influence.

Simon Corthay/ats/ani

Publié le 10 janvier 2019 à 14:01 - Modifié le 10 janvier 2019 à 17:25