Modifié le 10 janvier 2019 à 07:58

Le cheval Franches-Montagnes cherche à séduire au-delà du Jura

Une opération Franches-Montagnes en manège pour promouvoir la seule race chevaline indigène du pays.
Ici la Suisse - Le cheval Franches-Montagnes en manège Ici la Suisse / 5 min. / le 10 janvier 2019
Le Jura a initié, il y a environ un an, un projet consistant à prêter des chevaux Franches-Montagnes à des manèges de toute la Suisse. Le but: promouvoir la seule race chevaline indigène du pays, dont l'avenir est menacé.

La Sélection nationale des étalons Franches-Montagnes aura lieu samedi dans le Jura, berceau de la seule race chevaline indigène de Suisse.

Si le Franches-Montagnes fait la fierté de ses éleveurs, c’est aussi un cheval dont l’avenir est en péril depuis des années car il peine à se vendre. Beaucoup de cavaliers le voient encore uniquement comme un cheval de ferme ou militaire.

Pourtant, la race a évolué et le Franches-Montagnes est devenu un cheval de loisirs.

Pour remédier à son déficit d'image, le canton du Jura a initié il y a un peu plus d’un an l'opération "Franches-Montagnes en manège". L'idée est soutenue par les cantons de Fribourg et Soleure, ainsi que par la Confédération.

>> Reportage au Manège du Chalet-à-Gobet sur les hauteurs de Lausanne. Danaé est le deuxième Franches-Montagnes que le manège forme dans le cadre de l'opération.

Le principe de cette solution présentée comme "gagnant-gagnant": l’éleveur prête gratuitement un cheval au manège, que ce dernier forme et peut utiliser.

Pendant cette période qui peut aller de 6 mois à une année, le cheval intéressera peut-être un acheteur. Sinon, il est rendu à son éleveur qui récupère ainsi un cheval dressé.

Quarante chevaux placés, 13 vendus

L'initiative porte ses fruits. En un peu plus d’un an, une quarantaine de chevaux ont été placés dans une quinzaine de manèges et une dizaine sont en attente de l’être. Treize d’entre eux ont été vendus durant leur séjour.

L’objectif est aujourd’hui quasiment atteint puisque les promoteurs de la démarche entendaient placer une soixantaine de chevaux. L’opération se poursuit avec l’espoir qu’à terme, le cheval Franches-Montagnes puisse véritablement trouver sa place dans les centres équestres.

Reportage radio: Gaël Klein

Vidéo et adaptation web: Pauline Turuban

Publié le 10 janvier 2019 à 07:56 - Modifié le 10 janvier 2019 à 07:58