Modifié le 24 décembre 2018 à 11:21

Nouvelle proposition de baisse de la taxe tampons en Suisse

Les produits consacrés à l'hygiène féminine sont encore et toujours taxés en Suisse.
Nouvelle proposition de baisse de la taxe tampons en Suisse Le Journal horaire / 2 min. / le 24 décembre 2018
Malgré le refus cinglant en février dernier d'une baisse de la TVA sur les articles hygiéniques féminins, le socialiste Jacques-André Maire propose une TVA à 2,5% et non plus à 7,7% comme c'est le cas actuellement.

Les fleurs coupées, la litière pour animaux et les médicaments bénéficient d'une réduction de TVA. Mais il n'en est rien pour les produits d'hygiène féminins: chaque année, tampons et serviettes coûtent une centaine de francs aux femmes.

Le conseiller national neuchâtelois Jacques-André Maire désire que cette injustice soit réparée, en diminuant la taxe imposée sur ces produits nécessaires de 7,7% à 2,5%: "La femme est pénalisée vis-à-vis de l'homme par rapport à un produit incontournable," explique-t-il à la RTS. Réduire ici la TVA représenterait dix à quinze millions de moins dans les caisses de la Confédération.

La droite indifférente

Largement soutenue à gauche, cette proposition laisse la droite indifférente. Le PLR se dit très attaché au principe d'un taux de TVA unique et préfère ne pas accorder trop d'exceptions. Même son de cloche du côté de l'UDC.

Dans le camp bourgeois et au centre, les femmes parlementaires et quelques hommes aussi pourraient en décider autrement. Avec les voix de gauche, ces élues et élus ont le pouvoir de faire basculer la majorité afin de baisser la TVA sur les produits d'hygiène féminins.

L'exemple du Canada

En comparaison, au Canada, on est déjà passé à l'étape suivante: la taxe rose. Une expression qui désigne l'écart de prix entre mêmes produits, selon qu'ils s'adressent aux femmes ou aux hommes. A Ottawa, le parlement a abrogé le 1er juillet 2015 déjà les taxes sur les produits d'hygiène féminine.

Selon les estimations, cette mesure prive le trésor fédéral canadien d'environ dix-huit millions de francs chaque année.

>> Ecouter le sujet de Marie-Laure Josselin sur la taxe tampons abolie au Canada depuis 2015:

Le parlement canadien a abrogé le 1er juillet 2015 les taxes sur les produits d'hygiène féminine (comme les coupes menstruelles, ici à l'image).
DR - RTS
Le Journal horaire - Publié le 24 décembre 2018

Bien que saluée, cette abolition ne semble pas suffire. Selon un sondage effectué au Canada l'an dernier, il faudrait subventionner ces produits hygiéniques.

Désormais, c'est la taxe rose qui est décriée: pourquoi une femme paierait plus cher une coupe de cheveux, par exemple? Le pays se demande s'il ne faut pas légiférer. Mais aussi mieux informer et éduquer les gens, dès leur plus jeune âge.

Sujets radio: Marc Menichini et Marie-Laure Josselin

Adaptation web: Stéphanie Jaquet

Publié le 24 décembre 2018 à 11:13 - Modifié le 24 décembre 2018 à 11:21