Modifié le 18 décembre 2018 à 22:52

Blessé, un automobiliste suisse attaque Tesla en justice

Un Suisse attaque Tesla en justice. Il estime que la conduite assistée l'a mené à un accident très grave.
Un Suisse attaque Tesla en justice. Il estime que la conduite assistée l'a mené à un accident très grave. 19h30 / 2 min. / le 18 décembre 2018
Un Genevois victime d’un grave accident dit avoir fait confiance à la conduite assistée du véhicule et met en question le pilotage automatique de Tesla. La compagnie américaine se défend en affirmant donner des informations claires.

Où commence et où finit la responsabilité de l'autopilote sur les voitures toujours plus perfectionnées? C’est la question que pose ce cas d’école.

Le conducteur genevois avait enclenché l'autopilote mais le système n’a pas empêché la collision et la Tesla a percuté un camion de signalisation routière arrêté sur la bande gauche de l’autoroute. L’autopilote serait d’ailleurs loin d’être fiable, comme la RTS a pu le constater lors d’une démonstration. Selon la loi, c'est le conducteur qui est responsable.

Contactée, l’entreprise incriminée affirme que "quand le système de pilotage automatique est activé, il en va de la responsabilité du conducteur de rester attentif et de reprendre le véhicule à tout instant".

Ambiguïté

Or, sur son site, Tesla vante une capacité de conduite entièrement autonome avec une vidéo où le conducteur ne fait rien. Une ambiguïté dénoncée par l’avocat du plaignant, Robert Assaël: "Mon client n’a pas eu l’information suffisante sur la conception adéquate de la Tesla qu’il avait entre les mains".

Tesla va devoir s’expliquer et livrer à la justice genevoise l’épave de la voiture et les données de l’accident.

Anne Delaite/sjaq

Publié le 18 décembre 2018 à 22:41 - Modifié le 18 décembre 2018 à 22:52