Publié le 05 décembre 2018 à 22:01

La surveillance sera renforcée sur le site de munitions de Mitholz (BE)

La population de Kandergrund (BE), s'inquiète des risques d'explosions sur le site de Mitholz.
Surveillance renforcée sur le site de Mitholz Le Journal horaire / 27 sec. / le 05 décembre 2018
La Confédération va renforcer la surveillance de l'ancien dépôt de munitions de Mitholz, dans l'Oberland bernois, grâce à des aides techniques. Un groupe d'experts cherche des moyens d'éliminer d'ici mi-2020 le risque d'explosion.

La population de Kandergrund a été informée mercredi soir de l'état d'avancement des travaux par les autorités cantonales et communales. Depuis l'été 2018, on sait que le risque d'explosion dans l'ancien dépôt de munitions est plus élevé que prévu.

Des capteurs externes sont en cours d'installation. Des caméras vidéo et thermiques seront à l'avenir disponibles sur le site. En début d'année prochaine, un système sera également installé pour mesurer les gaz qui s'échappent.

Il n'est toutefois pas nécessaire de prendre des mesures immédiates pour protéger la population, ont rappelé les autorités. Les habitants doivent toutefois préparer une cave dans laquelle tous les résidents d'une maison pourraient passer au moins une journée en cas d'urgence, selon le document présenté mercredi.

Neuf morts lors d'une explosion en 1947

Le site de Mitholz avait été le théâtre d'une tragédie en 1947. Le dépôt de munitions, composé de six pièces sous la montagne et d’un tunnel ferroviaire qui les reliait, avait explosé, faisant neuf morts et détruisant pratiquement le hameau de Blausee-Mitholz.

Quelque 7000 tonnes brutes de munitions étaient entreposées dans ce lieu construit durant la Deuxième Guerre mondiale.

La planification d'un centre de calcul à Mitholz avait conduit le Département fédéral de la défense (DDPS) à mandater une nouvelle évaluation des risques. Il en ressort que "des causes extérieures", comme des chutes de pierres, l'effondrement d'un pan de l'installation ou un auto-allumage des explosifs, pourraient provoquer une nouvelle explosion et causer des dégâts aux environs.

ats/ther

Publié le 05 décembre 2018 à 22:01