Banner2

Elections au Conseil fédéral

Publié le 05 décembre 2018 à 07:00 - Modifié lundi à 09:51

Journée historique à Berne avec l’élection de deux femmes au Conseil fédéral

- L'Assemblée fédérale a élu mercredi dès le premier tour Viola Amherd (PDC/VS) et Karin Keller-Sutter (PLR/SG) pour succéder à Doris Leuthard et Johann Schneider-Ammann.

- C'est la première fois que deux femmes sont élues simultanément au Conseil fédéral et personne n'avait passé la rampe au premier tour depuis une certaine Doris Leuthard en 2006.

- La conseillère nationale haut-valaisanne PDC a récolté 148 voix sur 240 bulletins valables, alors que la conseillère aux Etats saint-galloise PLR a rassemblé 154 suffrages sur 237 bulletins valables.

- Côté PDC, l'autre candidate officielle, la conseillère d'Etat uranaise Heidi Z'graggen, a récolté 60 voix. Le conseiller aux Etats nidwaldien Hans Wicki, qui complétait le ticket PLR, a lui attiré 56 voix.

Suivi assuré par Katharina Kubicek et Caryl Bussy

  • 14h15

    La réaction des nouvelles élues en images

    Encore à chaud, Karin Keller-Sutter et Viola Amherd commentent leur élection. "Un moment exceptionnel et une surprise", assure Viola Amherd.

    "Nous avons maintenant une femme de gauche, une femme du centre et une de droite: c'est la diversité des femmes au Conseil fédéral qui est importante", souligne Karin Keller-Sutter.

    Réactions des deux nouvelles élues au Conseil fédéral
    12h45 - Publié le 05 décembre 2018

  • 14h00

    Retour sur les carrières politiques de Viola Amherd et Karin Keller-Sutter en images:

    >> Viola Amherd:

    Retour sur la carrière de la nouvelle conseillère fédérale Viola Amherd (PDC)
    12h45 - Publié le 05 décembre 2018

    >> Karin Keller-Sutter:

    Le parcours politique de la nouvelle conseillère fédérale Karin Keller-Sutter (PLR)
    12h45 - Publié le 05 décembre 2018

  • 12h55

    Les analyses des correspondants de RTSinfo

    Retrouvez les analyses de RTSinfo sur cette journée électorale hors du commun.

    >> Deux élections qui se sont jouées au premier tour:

    Élections au Conseil fédéral : l'analyse de Pierre Nebel
    12h45 - Publié le 05 décembre 2018

    >> Deux femmes élues "dans une désarmante normalité":

    Deux nouvelles femmes élues au Conseil fédéral : l'éclairage de Nathalie Ducommun
    12h45 - Publié le 05 décembre 2018

    >> La belle performance et la surprise créée par Viola Amherd:

    Viola Amherd répond aux médias après son élection.
    Anthony Anex - KEYSTONE
    Le 12h30 - Publié le 05 décembre 2018

    >> La représentation des femmes au Conseil fédéral chamboulée par l'arrivée de Karin Keller-Sutter et de Viola Amherd:

    Karin Keller-Sutter reçoit un bouquet après son élection.
    Anthony Anex - KEYSTONE
    Le 12h30 - Publié le 05 décembre 2018

  • 12h30

    La place des femmes au Conseil fédéral

    Les deux femmes élues mercredi portent à 9 le nombre de femmes à siéger au Conseil fédéral dans l'histoire de la Suisse moderne, soit depuis 1848. Neuf femmes, face à 110 hommes, selon les chiffres de l'Office fédéral de la statistique.

    La première femme élue au Conseil fédéral l’a été en 1984. Elisabeth Kopp était membre du PRD (PLR depuis 2009). 

    Le Conseil fédéral n'a compté aucune femme dans ses rangs entre 1989 et 1993. Cette année-là, Ruth Dreifuss, représentante du PS, fait son entrée à l'exécutif fédéral.

    Depuis lors, le Conseil fédéral a toujours comporté au moins une femme. Entre 2008 et 2010 trois femmes siégeaient au Conseil fédéral et entre 2010 et 2011, elles étaient quatre. L’UDC est le seul parti qui n’a jamais eu de représentante au collège gouvernemental.

  • 12h00

    Bain de foule pour les nouvelles conseillères fédérales

    Viola Amherd et Karin Keller-Sutter ont été acclamées par la foule réunie sur la place fédérale lorsqu'elles sont sorties du Palais fédéral.

  • 11h50

    "KKS" candidate malheureuse en 2010: ce qui a changé

    La gauche n’avait pas voulu de Karin Keller-Sutter, dite "KKS", en 2010, où elle lui avait préféré son concurrent Johann Schneider-Ammann. Pour Rebecca Ruiz (PS/VD), ce qui a changé est qu'"elle est devenue parlementaire (ndlr : en 2011), les gens la connaissent et ont vu qu’elle maîtrise bien d‘autres thématiques que la seule question de la sécurité publique."

    "Mais elle est aussi totalement capable de négocier, de discuter et de créer de vraies alliances durables avec les autres partis."

  • 11h45

    Ueli Maurer président de la Confédération en 2019

    Ueli Maurer présidera la Confédération l'an prochain. L'Assemblée fédérale a brillamment élu mercredi l'UDC zurichois de 68 ans par 201 voix sur 209 bulletins valables. Le chef du Département fédéral des finances succède au socialiste Alain Berset.

    >> Lire: L'UDC Ueli Maurer brillamment élu président de la Confédération

    Sur les 232 bulletins distribués, huit ont porté le nom de personnalités diverses. Seize bulletins étaient blancs et sept nuls.

    Avec ce résultat exceptionnel, Ueli Maurer fait mieux que tous les conseillers fédéraux depuis Jean-Pascal Delamuraz en 1988. Alain Berset avait engrangé l'an dernier 190 voix, Doris Leuthard en avait recueilli 188 un an plus tôt et Johann Schneider-Ammann avait été élu avec 196 voix en 2015.

     

  • 11:35

    "Susciter des vocations chez les jeunes femmes"

    "J’espère que cela suscitera des vocations au sein de la jeune génération, que les femmes s’engagent au niveau local, cantonal, mais aussi fédéral", a de son côté réagi la conseillère nationale Isabelle Moret (PLR/VD), qui avait été candidate à la succession de Didier Burkhalter au Conseil fédéral en 2017.

    "Nous ne sommes pas assez de femmes au Parlement fédéral et l’année prochaine se déroulent les élections fédérales. Donc j’espère que ces deux modèles féminins vont susciter des vocations."

  • 11h25

    Philipp Matthias Bregy succédera à Viola Amherd au National

    Le député au Grand Conseil valaisan Philipp Matthias Bregy (PDC) succédera à Viola Amherd au Conseil national. Le premier des viennent-ensuite de la liste démocrate-chrétienne du Haut-Valais aux dernières élections fédérales siégera en principe dès la session de printemps.

    Philipp Matthias Bregy rechigne à parler de sa future accession au Conseil national. "Aujourd'hui, je fête Viola Amherd, demain matin je récupère et demain à midi je me mets au travail pour le Conseil national", lance-t-il, un large sourire dans la voix.

  • 11h20

    Viola Amherd, "nouvelle locomotive" du parti?

    Le président du PDC Gerhard Pfister s'attend à ce que Viola Amherd suive les pas de sa prédécesseure, Doris Leuthard, et devienne la prochaine locomotive du parti. Mais il lui faudra un peu de temps pour s'adapter, a-t-il précisé.

    Interrogé sur ses différences avec la candidate élue, il a botté en touche. "Viola Amherd mènera une politique pour le pays, je mène une politique pour le parti", a-t-il expliqué.

    Le Zougois s'est par ailleurs dit surpris que la Valaisanne ait été élue au premier tour. Un résultat qu'il explique par les bonnes performances de Viola Amherd lors des auditions et son réseau, déjà bien établi, sous la Coupole.

    >> Ecouter la réaction de Gerhard Pfister dans le journal de 12h30:

    Gerhard Pfister, président du PDC suisse.
    Peter Schneider - KEYSTONE
    Le 12h30 - Publié le 05 décembre 2018

  • 11h00

    Heidi Z'graggen commente sa défaite

    La candidate malheureuse Heidi Z'graggen (PDC), qui s'est inclinée face au score d'acier de Viola Amherd, a réagi à sa défaite.

    "J’ai eu besoin de beaucoup de courage pour présenter ma candidature", a confié l'Uranaise. Son conseil au peuple suisse: "Essayez, et vous serez riche."

  • 10h55

    La première poignée de main avec les conseillers fédéraux

    Les images des premières poignées de main entre Viola Amherd et Karin Keller-Sutter, fraîchement élues, et les sept autres conseillers fédéraux.

    Les deux elues au Conseil federal pretent serment
    L'actu en vidéo - Publié le 05 décembre 2018

  • 10h45

    L'hymne valaisan sur la place fédérale

    Les Valaisans n'étaient pas en reste pour fêter "leur" nouvelle conseillère fédérale. L'hymne valaisan a retenti sur la place fédérale, fanfare et drapeaux à l'appui.

    En Valais, la ville de Brigue, dont Viola Amherd a été la présidente de 2000 à 2012, a vibré des cris de joie qui émanaient du "stamm" des partisans, installé au collège du Spiritus Sanctus.

    >> Ecouter le récit du journal de 12h30:

    Brigue célèbre l'élection de Viola Amherd au Conseil fédéral.
    Jean-Christophe Bott - KEYSTONE
    Le 12h30 - Publié le 05 décembre 2018

  • 10h30

    La joie des femmes pour un "moment historique"

    De nombreux commentateurs ont salué un "jour historique", avec l'élection simultanée de deux femmes au Conseil fédéral, une première dans l'Histoire suisse.

    Devant le Palais fédéral, une centaine de femmes ont exprimé leur liesse devant ce moment historique.

    "C'est une journée de joie pour les femmes. Les présidents des Verts, des Vert'libéraux et du PBD, qui ne sont pas représentés au gouvernement, ont salué l'élection de deux femmes au Conseil fédéral.

    >> Le reportage du journal de 12h45.

    Les femmes célèbrent les deux nouvelles élues au Conseil fédéral
    12h45 - Publié le 05 décembre 2018

  • 10h20

    Le PLR se réjouit de l'élection de "sa" conseillère fédérale

    La présidente du PLR Petra Gössi s'est enthousiasmée mercredi du choix historique de deux femmes pour succéder à Doris Leuthard et Johann Schneider-Ammann au Conseil fédéral. La Schwyzoise a toutefois confié que "son coeur de Suisse centrale saignait".

    Les deux candidats malheureux, Heidi Z'graggen et Hans Wicki, viennent en effet de la région. Pour la conseillère nationale, le fait que deux des quatre aspirants au Conseil fédéral viennent de Suisse centrale est cependant un bon signe pour le futur.

    L'élection de Karin Keller-Sutter a également été saluée comme "absolument géniale pour le parti" par le vice-président du PLR, Christian Lüscher.

    >> Ecouter la réaction de Christian Lüscher dans le journal de 12h30:

    Christian Lüscher, conseiller national (PLR-GE).
    Anthony Anex - KEYSTONE
    Le 12h30 - Publié le 05 décembre 2018

  • 10h10

    Les nouvelles conseillères fédérales assermentées

    Viola Amherd et Karin Keller-Sutter ont prêté serment, trois doigt levés, devant l'Assemblée fédérale. Les deux femmes ont ensuite éclaté d'un rire complice en se regardant.

    Une image historique, celle de deux femmes élues simultanément à la plus haute instance politique du pays:

    Viola Amherd (PDC-VS) et Karin Keller-Sutter (PLR-SG) prêtent serment après leur élection au Conseil fédéral. Viola Amherd (PDC-VS) et Karin Keller-Sutter (PLR-SG) prêtent serment après leur élection au Conseil fédéral. [Anthony Anex - Keystone]

  • 10h05

    Un discours empreint de maîtrise

    "Merci de la confiance que vous me témoignez", a dit Karin Keller-Sutter (PLR) à la tribune de l'Assemblée nationale après son élection.

    "Vous m'avez confié une lourde responsabilité que je vais mener avec plaisir et avec respect".

    La Saint-Galloise a prononcé un discours où elle s'est érigée en femme d'Etat, avec des citations en latin et des mots très forts, notamment à l'égard de son parti, qui clôt avec elle 30 ans d'absence de femmes au Conseil fédéral.

    "On ne peut gagner qu'ensemble"

    En Suisse, on ne peut gagner qu'ensemble, a déclaré la nouvelle conseillère fédérale, au moment d'accepter son élection. Il faut vouloir collaborer et trouver des solutions au-delà des frontières partisanes pour trouver une majorité auprès du peuple.

    La politique européenne, sociale, fiscale, l'énergie ou l'environnement préoccupent les Suisses. Les solutions ne se trouvent pas en parfaite harmonie, mais par un dialogue constructif, a déclaré la libérale-radicale saint-galloise.

    "Dans notre pays, un seul être humain n'a qu'une influence limitée". On ne peut résoudre les problèmes qu'ensemble, a-t-elle dit. Il en va de même au gouvernement.

    >> Le discours de Karin Keller-Sutter:

  • 09h55

    Karin Keller-Sutter élue au premier tour, elle aussi!

    La Saint-Galloise Karin Keller-Sutter (PLR) a été élue elle aussi au premier tour, avec 154 voix sur 237 bulletins valables. Elle succédera au ministre bernois Johann Schneider-Ammann.

    Son rival malheureux Hans Wicki a remporté 56 suffrages.

    Une première en Suisse

    Avec Karin Keller-Sutter, le canton de St-Gall retrouve un représentant au Conseil fédéral pour la première fois depuis 1986, date du départ du conseilller fédéral Kurt Furgler (PDC).

    L'élection de deux femmes en un seul jour mercredi est une première dans l'histoire suisse. Elle rééquilibre les rapports de forces au Conseil fédéral. Mais il faudra attendre une prochaine élection pour qu'elles retrouvent la majorité, comme cela a été le cas, unique en son genre, en 2010-2011.

    Karin Keller Sutter succede a Johann Schneider Ammann
    L'actu en vidéo - Publié le 05 décembre 2018

  • 09h50

    Heidi Z'graggen salue ses soutiens

    La candidate malheureuse Heidi Z’graggen vient saluer ses soutiens présents dans la tribune du public.

  • 09h35

    Les réactions à l'élection de Viola Amherd

    Le gouvernement valaisan était au palais fédéral mercredi pour vivre l'élection au Conseil fédéral. Il s'est réjoui de voir Viola Amherd, "une politicienne valaisanne expérimentée", accéder à la fonction suprême.

     "Je suis très très très touchée par l'élection de Viola Amherd", s'est émue la ministre Esther Waeber Kalbermatten (PS):

    >> La joie au "stamm" des Valaisans après l'annonce de l'élection:

    La liesse du "stamm" valaisan après l'élection de la conseillère fédérale Viola Amherd. La liesse du "stamm" valaisan après l'élection de la conseillère fédérale Viola Amherd. [Alexandra Wey - Keystone]

  • 09h35

    Les bulletins distribués pour l'élection PLR

    Une nouvelle série de bulletins, verts cette fois-ci, sont distribués. L'Assemblée vote maintenant sur la succession du PLR Johann Schneider-Amman.

    >> Les deux candidats, en bref:

  • 09h20

    Viola Amherd élue au premier tour!

    La PDC valaisanne Viola Amherd a été élue au premier tour par 148 voix, alors que la majorité absolue était à 121 votes. C'est la première fois depuis l'élection de Doris Leuthard, en 2006, qu'un candidat est élu au premier tour.

    Sa rivale uranaise, Heidi Z'graggen, a récolté 60 votes. Le président du PDC Gerhard Pfister, qui n'était pas candidat, a de son côté reçu 17 voix, et 15 autres votes sont allés à des divers.

    Le Valais tient avec Viola Amherd la quatrième conseillère fédérale de son histoire, et la première femme. A 9h25, extrêmement émue, la Haut-Valaisanne a accepté son élection.

    "Humilité et sincérité"

    "J'accepte cette élection. J’accomplirai cette tâche avec humilité et sincérité", affirme Viola Amherd, qui promet de "trouver des solutions efficaces et pragmatiques pour notre pays".

    Les images de l'élection de Viola Amherd:

    Viola Amherd facilement elue au conseil federal
    L'actu en vidéo - Publié le 05 décembre 2018
     

  • 09h05

    L'Assemblée fédérale commence à voter

    Les bulletins de scrutin jaunes circulent, l'Assemblée fédérale a commencé à voter.

    Pour être élus au premier tour, les candidats doivent obtenir la majorité absolue: 124 votes sur 246, si tous les parlementaires sont présents.

  • 08h45

    "Mon meuble préféré, ce n'est pas le pupitre d'orateur"

    "Si vous  me demandez quel est mon meuble préféré, je ne dirais pas que c'est un pupitre d'orateur. Même pas celui-ci!" Le conseiller fédéral sortant Johann Schneider-Ammann a commencé son discours d'adieu par une boutade.

    La suite de son discours a également été ponctué de traits d'humour. Comme pour ne pas faire mentir la phrase qui lui a assuré une notoriété au-delà des frontières suisses: "Rire, c'est bon pour la santé."

    >> Lire aussi: Johann Schneider-Ammann fait rire en parlant tristement du... rire!

    "La Suisse est un petit paradis"

    Honnêteté, fiabilité et courage: ces trois vertus doivent conduire l'action politique pour le bien du pays, a encore déclaré Johann Schneider-Ammann.

    Gouverner selon ces trois qualités signifie ne pas faire de fausses promesses, agir à temps et viser le bien du pays et non des intérêts individuels. La Suisse est un petit paradis, a-t-il rappelé dans son discours prononcé en trois langues.

    Les défis pour l'avenir ne manquent pas. "Nous devons encore gagner en flexibilité et libéralisme, oser au lieu de réguler", a-t-il déclaré. "La Suisse doit miser sur ses liens avec le monde plutôt que le repli".

    >> L'ovation pour Johann Schneider-Amman:

  • 08h40

    Hommage à Johann Schneider-Ammann

    Johann Schneider-Ammann était apprécié pour son ouverture au dialogue et au compromis. Dans son discours d'hommage, la présidente de l'Assemblée fédérale Marina Carobbio a rappelé le rôle de patron du ministre de l'économie.

    C'est d'ailleurs en tant qu'entrepreneur que le libéral-radical avait été élu au Conseil national puis au Conseil fédéral.

    Au gouvernement, le Bernois s'est aussi intéressé à la formation et la recherche, il s'est engagé pour le système dual de formation professionnelle. Il en a été un des plus importants promoteurs à l'étranger. Le ministre de l'économie s'est aussi distingué en finalisant treize accords de libre-échange.

    >> Les hommages à Doris Leuthard et Johann Schneider-Ammann en images:

    Hommage au Conseillers federaux sortants
    L'actu en vidéo - Publié le 05 décembre 2018

  • 08h25

    "Débattez avec respect!"

    "Débattez avec respect, dans un monde en train de changer", a répété à plusieurs reprises la conseillère fédérale sortante Doris Leuthard dans son allocution, un discours empreint d'émotion et salué par une ovation debout de l'assistance.

    Doris Leuthard a également mis en garde contre un affaiblissement du multilatéralisme et plaidé pour plus de coopération entre les Etats. "Les problèmes globaux ne peuvent se résoudre au niveau national", a-t-elle souligné.

    "Le Suisse est crédible et fiable"

    "Malgré sa petite taille, la Suisse joue un rôle important, car nous sommes crédibles et fiables, et nous agissons de manière indépendante", a-t-elle dit. Des qualités qui seront nécessaires pour trouver une solution indispensable, à ses yeux, avec l'Union européenne (UE).

    "Plus nous mettrons de temps à trouver une solution, plus le prix à payer sera élevé. Les accords bilatéraux perdront de leur pertinence. Suspendre les relations avec l'UE est une régression", a-t-elle insisté. La ministre sortante a encore salué le système démocratique suisse, qui "constitue une des forces de notre pays", et appelé à poursuivre à l'avenir la concordance, le consensus et le compromis.

    >> L'ovation de la salle après les adieux de Doris Leuthard:

  • 08h20

    Hommage à Doris Leuthard

    Après lecture de la lettre de démission de Doris Leuthard, la présidente de l'Assemblée fédérale Marina Carobbio (PS) a rendu hommage à la conseillère fédérale démissionnaire.

    C'était non seulement une grande dame politique, mais surtout "une grande dame", a salué la socialiste. Doris Leuthard a engrangé de nombreux succès au Département de l'économie, a rappelé la Tessinoise. Mais elle restera dans les mémoires comme patronne du Département de l'environnement, des transports, de l'énergie et de la communication, a estimé la socialiste.

    Le peuple lui a toujours fait confiance, elle a gagné 16 votations populaires sur 18. La ministre pouvait répondre spontanément aux questions et a démontré au quotidien sa mémoire phénoménale et sa capacité à vulgariser des choses complexes. Dotée d'un instinct politique sûr, c'était aussi une femme de coeur, une raison de sa popularité, a estimé Marina Carobbio.

  • 08h15

    Les discours d'adieu des conseillers fédéraux sur le départ

    La séance a commencé peu après 8h00 par la lecture des lettres de démission des conseillers fédéraux sortants et l’hommage rendu par la présidente du Conseil national.

    Un moment complété par les discours d’adieu de Doris Leuthard et Johann Schneider-Ammann. Des adieux qui devraient durer environ 30 minutes chacun, avant que l’Assemblée fédérale passe à l’élection des deux nouveaux conseillers fédéraux.

  • 08h10

    "Un jour historique pour les femmes"

    "C’est un jour historique pour les femmes suisses", affirme Sophie Achermann, directrice de l'Alliance de sociétés féminines suisses.

    "Ce serait un coup dur pour la démocratie si deux femmes n’étaient pas élues au Conseil fédéral aujourd’hui."

  • 08h05

    Une double élection présidée par la Tessinoise Marina Carobbio (PS)

    Cette double élection, qui pourrait voir deux femmes élues pour la première fois simultanément au Conseil fédéral, est présidée par la Tessinoise Marina Carobbio (PS), qui dirige le Conseil national.

    >> Ambiance dans le Parlement:

  • 08h00

    Les femmes PDC et PLR au même "stamm"

    Les femmes PDC et PLR ont décidé de suivre ensemble la double élection au Conseil fédéral, a annoncé mercredi matin la secrétaire générale des Femmes PLR Claudine Esseiva.

  • 07h55

    Pas de mot d'ordre du PDC et du PS pour la succession à Doris Leuthard

    Au sortir de leur séance mercredi matin, PDC et PS ont confirmé qu'ils ne donnaient pas de consigne de vote pour l'élection de la candidate PDC.

    Mardi soir, le conseiller national Roger Nordmann (PS/VD), chef de groupe parlementaire, avait indiqué que le ticket PDC laissait "l'embarras du choix".

    "Il était essentiel pour nous de présenter des candidates PDC de toute première qualité", a déclaré le conseiller national Dominique de Buman (PDC/FR)

  • 07h50

    Les arrivées de Heidi Z'graggen et Karin Keller-Sutter au Palais fédéral

  • 07h45

    Un moment fort au Conseil fédéral: la passation de pouvoir

    Le moment solennel de la passation du pouvoir entre le nouveau et l’ancien conseiller fédéral, puis les premiers instants de fête en bas des escaliers du Palais: le correspondant de la RTS Pierre Nebel nous offre une visite guidée didactique.

  • 07h05

    Succession de Doris Leuthard pour commencer

    Le nom de la prochaine conseillère fédérale démocrate-chrétienne sera dévoilé en premier.

    Après les hommages de rigueur aux ministres démissionnaires et les dernières déclarations des groupes, l'Assemblée fédérale élira la personne qui reprendra le flambeau de Doris Leuthard.

    Les parlementaires trancheront dans un deuxième temps la succession de Johann Schneider-Ammann.

  • 07h00

    Une nouvelle phase de formule magique?

    Mardi, les quatre candidats au Conseil fédéral ont enchaîné les auditions devant les groupes parlementaires.

    Ces fameux "hearings" peuvent s’avérer une épreuve délicate pour celles et ceux qui briguent une place au Conseil fédéral.

    Pourtant, selon Thibaut Schaller, chef de la rubrique politique à la RTSinfo radio, le ton de cette élection a surtout été marqué par les politesses entre les partis, sans coups bas ou surprises. Une nouvelle phase de formule magique?

    >> Son analyse:

    Signature de Thibaut Schaller (vidéo) - Réhabilitons les objecteurs de conscience
    RTS
    Forum - Publié le 04 décembre 2018

  • 06h55

    Les dernières recommandations des partis

    A la veille de la double élection au Conseil fédéral, les partis ont donné leurs derniers mots d'ordre. Côté PLR, Karin Keller-Sutter a les faveurs de la cote. Côté PDC, la course s'annonce plus serrée entre Viola Amherd et Heidi Z'graggen.

    >> Lire: Une veille de double élection au Conseil fédéral calme à Berne

    Léger avantage à Viola Amherd

    Du côté du PDC, l'expérience parlementaire de la la conseillère nationale valaisanne Viola Amherd est mise en avant par la plupart des partis. Mais la conseillère d'Etat uranaise Heidi Z'graggen pourrait séduire à droite et sa carte environnementale lui servir pour grappiller des soutiens à gauche.

    Jusqu'à mardi soir, le PLR, le PS et les aVerts n'ont pas dit officiellement vers qui ira leur préférence. Les socialistes pourraient affiner leur stratégie mercredi matin. La majorité de l'UDC soutiendrait l'Uranaise alors que le PVL et le PBD appellent à voter pour la Valaisanne.

    Soutien massif à Karin Keller-Sutter

    Pour le PLR, avec le soutien de l'UDC, du PS, des Verts, du PBD et du PVL, la conseillère aux Etats saint-galloise Karin Keller-Sutter part favorite. Seul le PDC ne l'a pas choisie officiellement au détriment de l'autre candidat officiel, le conseiller aux Etats nidwaldien Hans Wicki.

    Karin Keller-Sutter avait échoué il y a huit ans face à Johann Schneider-Ammann. Le parti n'a pas eu de conseillère fédérale depuis Elisabeth Kopp.

    >> Le sujet de Forum sur le mots d'ordre des partis

    Course au Conseil fédéral: dernières auditions devant les partis avant le jour-J.
    Keystone
    Forum - Publié le 04 décembre 2018

  • 06h50

    Les portraits des candidats

    >> Heidi Z'graggen (PDC), 52 ans, conseillère d'Etat dans le canton d'Uri depuis 14 ans

    Portrait des candidats au conseil fédéral : l'uranaise Heidi Z'Graggen
    19h30 - Publié le 26 novembre 2018

    >> Viola Amherd (PDC), 56 ans, conseillère nationale haut-valaisanne depuis 13 ans

    Viola Amherd, favorite pour reprendre le siège PDC au gouvernement.
    19h30 - Publié le 27 novembre 2018

    >> Karin Keller-Sutter (PLR), 54 ans, conseillère d'Etat pendant 12 ans dans le canton de Saint-Gall et conseillère aux Etats depuis 2011

    Karin Keller-Sutter : portrait de la candidate PLR au Conseil Fédéral
    19h30 - Publié le 28 novembre 2018

    >> Hans Wicki (PLR), 54 ans, conseiller aux Etats nidwaldien

    Hans Wicki : portrait de la candidate PLR au Conseil fédéral
    19h30 - Publié le 29 novembre 2018

    Découvrez également notre grand format: Quatre candidats pour deux sièges

  • 06h45

    Le bilan des deux démissionnaires

    Élections au Conseil fédéral : l'analyse de Pierre Nebel
    12h45 - Publié le 05 décembre 2018

    >> Doris Leuthard était une voix qui compte à Berne

    Doris Leuthard, femme d'envergure, grande dame de la politique suisse. Sa voix comptait, départageait aussi. Portrait.
    19h30 - Publié le 27 septembre 2018

    >> Lire aussi: Bien qu'attendue, la démission de Doris Leuthard a provoqué une vive émotion

    >> Johann Schneider-Ammann, un adepte de la "table ronde"

    Johann Schneider-Amman vient expliquer sa démission.
    Anthony Anex - Keystone
    Le 12h30 - Publié le 25 septembre 2018

    >> Lire aussi: Johann Schneider-Ammann fait taire les rumeurs et annonce son départ du Conseil fédéral

    >> A découvrir également: