Les mystères du Palais fédéral.

Les mystères du Palais

Publié le 04 décembre 2018 à 14:10

Lieux insolites, histoires méconnues: le Palais fédéral livre ses secrets

A l'approche de la double élection au Conseil fédéral, RTSinfo plonge dans les entrailles du Palais fédéral. De la statue des trois Confédérés, qui domine le hall d'entrée, à la terrasse des fumeurs, cinq correspondants de la SSR à Berne vous dévoilent les secrets du Palais du Parlement.

Série réalisée par Michaël Maccabez

  • La terrasse des fumeurs

    Comme un air de camaraderie au Parlement

    La terrasse des fumeurs du Palais fédéral - et sa superbe vue sur les sommets enneigés des Alpes - est un lieu essentiel dans la vie du Parlement. On y retrouve toujours des fumeurs de tous les partis, du PS à l'UDC, qui mettent souvent les clivages politiques de côté le temps d'une cigarette.

    Pour les journalistes, cette terrasse est également un lieu important. Il s'agit en effet de l'endroit parfait pour glaner quelques informations de manière informelle auprès des élus.

    >> Les explications de Christoph Nufer (SRF):

    Les Mysteres du Palais la terrasse des fumeurs
    L'actu en vidéo - Publié le 03 décembre 2018

  • L'intronisation des ministres

    De la solennité à la joie, un protocole immuable

    Juste après avoir été élu, un conseiller fédéral sort de la salle du Conseil national et se dirige dans l'aile Ouest du Palais fédéral où il va être reçu par le Conseil fédéral in corpore. C'est un moment extrêmement solennel, durant lequel le nouveau ministre comprend tout le poids de la responsabilité qui va peser sur ses épaules.

    Le conseiller fédéral revient ensuite dans la partie principale pour emprunter le grand escalier magistral du hall du Palais fédéral. Là, dans une toute autre ambiance, il est accueilli par les autorités de son canton, des parlementaires, des personnes en habit traditionnel et parfois des musiciens.

    >> Les explications de Pierre Nebel (RTS):

    Les Mysteres du Palais le grand escalier
    L'actu en vidéo - Publié le 03 décembre 2018

  • La place spéciale du Jura

    Un écusson un peu à l'écart, et des élus aussi

    Le canton du Jura est entrée en souveraineté le 1er janvier 1979, et il a fallu trois ans pour lui trouver une place dans les murs du Palais fédéral. Les écussons des 25 autres cantons sont situés autour de la Coupole, avec la devise "Un pour tous, tous pour un". Celui du Jura a été placé un peu à l'écart, sous une arche.

    Les élus jurassiens, aussi, sont parfois un peu à l'écart. Dans la salle où se réunit l'Assemblée fédérale, il a en effet fallu ajouter deux fauteuils pour les conseillers aux Etats venus du plus jeune canton de Suisse.

    >> Les explications de Thibaut Schaller (RTS):

  • La présence des romanches

    Devant la statue du mercenaire romanche

    Le Palais fédéral a été inauguré le 1er avril 1902 et le romanche n'a été déclaré langue nationale qu'en 1938. Dans le hall d'entrée du bâtiment du Parlement figure pourtant quatre statues de mercenaires, représentant les quatre langues nationales. L'idée était déjà de montrer l'unité de la Suisse.

    La minorité romanche - on l'oublie souvent - a eu un conseiller fédéral, Felix Calonder. Le Grison a été élu en 1913 à la place d'un Romand, les élus francophones n'ayant pas réussi à se mettre d'accord sur un candidat. Il a été président de la Confédération lors de la grève générale de 1918 et a été impliqué dans la fondation du Parc national suisse.

    >> Les explications d'Adrian Camartin (RTR):

  • Italianità au Parlement

    "Lost in translation", dans la cabine de traduction

    Au Conseil national, chaque parlementaire peut s'exprimer dans sa langue, cohésion nationale oblige. Tout ce qui se dit est traduit en simultané dans trois des quatre langues nationales, le français, l'allemand et l'italien. Au Conseil des Etats, en revanche, les élus ne disposent pas de ce service.

    Les 12 prochains mois seront spéciaux pour la minorité italophone: la Tessinoise Marina Carobbio, qui préside le National, a décidé de mener les débats exclusivement en italien. Et pour éviter toute incompréhension, l'intergroupe parlementaire italianità a publié un petit dictionnaire des termes les plus importants.

    >> Les explications d'Elisa Raggi (RSI):

    Les Mysteres du Palais lost in translation
    L'actu en vidéo - Publié le 03 décembre 2018