Modifié le 03 décembre 2018 à 14:34

L'environnement se porte mieux en Suisse, mais reste sous forte pression

L'impact environnemental de la Suisse reste trop lourd.
L'impact environnemental de la Suisse reste trop lourd. 12h45 / 1 min. / le 03 décembre 2018
La qualité des eaux et de l'air s'est améliorée en Suisse, mais l'environnement subit toujours de fortes pressions, relève le rapport Environnement Suisse 2018, que le Conseil fédéral a approuvé vendredi dernier et présenté lundi.

Globalement, l'impact environnemental de la Suisse a diminué ces vingt dernières années. Les bases légales et les développements technologiques ont permis d’améliorer la qualité de l’eau et de l’air dans le pays. La plupart des forêts sont saines et les sites contaminés sont de moins en moins nombreux grâce aux mesures d’assainissement, explique le rapport.

Malgré ces progrès, les ressources naturelles restent sous pression. L’utilisation croissante du sol à des fins d’urbanisation et de transport, la surfertilisation des écosystèmes par l’ammoniac et le nitrate, la présence de produits phytosanitaires dans le sol et les eaux et la perte de biodiversité qui en découle, les grandes quantités de déchets ainsi que les changements climatiques sont les principaux défis.

Ces atteintes ont des répercussions négatives sur la santé et le bien-être de la population, sur les habitats naturels et sur la diversité des espèces.

Ressources mises à mal

Les modes de consommation et de production pèsent trop fortement sur les ressources. La Suisse dépasse de plus de trois fois la capacité de régénération de l’environnement.

Les trois quarts de l’impact environnemental total de la Suisse sont produits à l’étranger, où ils sont particulièrement néfastes pour le climat, la biodiversité et la disponibilité en eau. En effet, une part croissante des biens consommés provient de l'étranger ou requiert des matières premières ou des produits préfabriqués importés.

Rôle important du consommateur

A ce propos, la sous-directrice de l'Office fédéral de l'environnement, Karine Siegwart, a indiqué dans le 12h30 de la RTS que "l'Etat a un rôle important pour informer sur la provenance et les conséquences écologiques d'un produit" afin que le consommateur puisse faire son choix en toute connaissance de cause.

>> Ecouter le sujet du 12h30:

Un bateau navigue sur l'Aar à Berne avec le Palais fédéral en toile de fond en août 2018.
Christian Beutler - Keystone
Le 12h30 - Publié le 03 décembre 2018

Mais la balle est principalement dans le camp du consommateur, qui doit changer ses habitudes d'alimentation, de logement et de mobilité.

Ce sont les secteurs de l'alimentation (28%), du logement (24%) et de la mobilité (12%) qui ont le plus grand impact sur l’environnement, en Suisse et à l’étranger.

cab avec ats

Publié le 03 décembre 2018 à 14:06 - Modifié le 03 décembre 2018 à 14:34