Modifié le 01 décembre 2018 à 07:22

A un an des fédérales, le PDC fait face à la perte de plusieurs poids lourds

Le départ de Guillaume Barazzone, un coup dur pour le PDC
Le départ de Guillaume Barazzone, un coup dur pour le PDC 19h30 / 1 min. / le 30 novembre 2018
Après d'autres poids lourds du PDC comme Yannick Buttet ou Dominique de Buman, Guillaume Barazzone a annoncé vendredi qu'il ne briguerait pas de nouveau mandat. Ces renonciations sont un défi pour le parti à un an des fédérales.

Le Genevois Guillaume Barazzone, 36 ans, a ajouté vendredi son nom à la liste toujours plus longue des poids lourds du Parti-démocrate chrétien qui renoncent à un nouveau mandat à Berne.

La perte de cette locomotive électorale à Genève, un des derniers cantons où le PDC s'en sort relativement bien, est un coup dur pour la formation dans la perspective des élections fédérales.

>> Lire: Guillaume Barazzone ne briguera pas de nouveau mandat à Genève et à Berne

Deux "poulains" hors course

D'autant que ce n'est pas la première fois que le PDC doit composer avec le départ d'un de ceux qui incarnaient la relève en Suisse romande.

Après le retrait du Conseil national du Valaisan Yannick Buttet, 41 ans, consécutivement à des accusations de harcèlement et de problèmes d'alcool, deux jeunes espoirs du parti sont désormais hors course.

La députation romande amputée

La députation romande du PDC sous la Coupole s'apprête en outre à être amputée de plusieurs de ses ténors.

Le Valaisan Jean-René Fournier et la Jurassienne Anne Seydoux-Christe ont fait savoir qu'ils ne se représenteraient pas au Conseil des Etats, tandis que le Fribourgeois Dominique de Buman mettra fin à son mandat au Conseil national l'été prochain.

Parti en perte de vitesse

Tous ces changements surviennent sur fond de perte de vitesse pour le parti. Les intentions de vote pour le PDC ont reculé de 1,5 point en un an et se situent à 10%, selon le dernier baromètre SSR paru un an avant les élections fédérales. Les démocrates-chrétiens ont perdu presque un tiers de leur électorat depuis 2007.

"Attendons les résultats des élections 2019 et nous verrons si véritablement le PDC est aussi à l'agonie que certains journalistes voudraient bien qu'il le soit", rétorque Charles Juillard, vice-président du PDC dans le 19h30.

"Le PDC n'est pas à court de ressources et de candidats, qui ne sont peut-être pas très connus sur le plan national pour l'instant, mais suffisamment connus dans leur canton pour pouvoir émerger ensuite sur la scène nationale", ajoute-t-il.

>> Lire: L'UDC et le PDC perdent des plumes selon le dernier baromètre SSR

Son défi va consister à faire émerger sa relève d'ici octobre 2019. Vincent Maître, l'actuel président du PDC Genève, a déjà fait savoir qu'il était prêt à se lancer.

>> Ecouter les explications dans Forum:

Après le départ de Yannick Buttet, celui de Guillaume Barazzone est un coup dur pour le PDC.
Anthony Anex - KEYSTONE
Forum - Publié le 30 novembre 2018

ptur

Publié le 30 novembre 2018 à 21:11 - Modifié le 01 décembre 2018 à 07:22