Modifié le 25 novembre 2018 à 10:42

Les Suisses votent sur les juges étrangers, les détectives et les vaches

Une affiche de la campagne en faveur de l'initiative sur l'autodétermination à Fribourg.
Une affiche de la campagne en faveur de l'initiative sur l'autodétermination à Fribourg. [Adrien Perritaz - Keystone]
Dernière ligne droite pour les juges étrangers, les détectives des assurances sociales et les vaches à cornes. Le suspense de ce dimanche de votations fédérales sera peut-être plus long sur les animaux, mais les enjeux des deux autres sujets sont beaucoup plus grands.

Des millions de francs ont été investis dans la campagne sur l'initiative populaire pour l'autodétermination. Seule contre tous, l'UDC a innové avec des affiches au style non agressif pour convaincre la population d'accepter "Le droit suisse au lieu de juges étrangers", soit l'inscription dans la constitution de la primauté du droit suisse sur le droit international.

Un "oui" obligerait les autorités à adapter, voire dénoncer les traités contraires à la charte fondamentale. Des textes protégeant les intérêts helvétiques ou les droits de l’homme seraient sur la sellette. L'insécurité juridique serait terrible pour l'économie et la Suisse plus considérée comme partenaire fiable, ont averti les adversaires. Les sondages prédisent un clair refus de l'initiative.

>> Les enjeux de cette initiative: Faut-il faire primer la Constitution suisse ou le droit international?

Le référendum sur la surveillance des assurés

La base légale pour la surveillance des assurés semble en revanche surfer sur une vague positive. Pour ses partisans, il est urgent de donner aux assurances sociales les moyens de traquer efficacement la fraude, si besoin via des détectives privés. Les référendaires et la gauche peinent à convaincre que la nouvelle base légale est trop floue et violera excessivement la sphère privée des assurés.

>> Les enjeux de ce référendum: Faut-il élargir la surveillance des assurés pour débusquer les abus?

L'initiative sur "les vaches à cornes"

La portée de l'initiative populaire "pour la dignité des animaux de rente agricoles" est plus limitée. Si le texte vise à réduire l'écornage, il ne prévoit pas de l'interdire. Les Suisses se prononcent seulement sur l'octroi d'un soutien financier aux éleveurs qui détiennent des bêtes à cornes. Le débat ne s'en est pas moins focalisé sur les vices et les vertus de l'écornage.

>> Les enjeux de cette initiative: Soutenir ou non les vaches à cornes, les Suisses doivent trancher

D'autres scrutins importants dans des cantons ou des communes

D'autres scrutins sont encore attendus dans différents cantons ou communes. En Valais, les 130 membres de l'Assemblée constituante seront élus afin de réviser totalement la Constitution cantonale datant de 1907, pour que le nouveau texte reflète la société.

>> Lire: Religion ou bilinguisme, les enjeux de la révision de la Constitution en Valais

Les citoyens de Moutier élisent également dimanche leurs autorités, avec un duel particulièrement attendu pour la mairie entre le sortant, l'autonomiste Marcel Winistoerfer, et l'antiséparatiste Patrick Tobler. L'affrontement entre les deux hommes intervient dans un contexte agité, trois semaines après l'invalidation du vote Moutier sur son rattachement au canton du Jura.

>> Lire: Les élections communales devraient avoir lieu à Moutier comme prévu

Enfin les citoyens du village neuchâtelois de Peseux doivent revoter le 25 novembre sur un projet de fusion avec la ville de Neuchâtel et deux autres communes.

>> Lire: Peseux sous tension avant de revoter sur la fusion avec Neuchâtel

jzim avec agences

Publié le 24 novembre 2018 à 17:44 - Modifié le 25 novembre 2018 à 10:42