Publié le 13 novembre 2018 à 11:22

Des capteurs sonores plutôt que des caméras sur la voie publique

Les capteurs sonores assurent une bien meilleure protection des données que les caméras.
Nouvelle technologie suisse pour alerter les secours en temps réel La Matinale / 1 min. / le 13 novembre 2018
Une start-up genevoise a développé des détecteurs sonores capables d'alerter immédiatement les forces de l'ordre lors d'une collision, un coup de feu ou une explosion. Cette innovation séduit déjà certaines villes.

La start-up genevoise SecurAxis, qui a développé cette technologie proposant de remplacer les caméras de surveillance par des détecteurs de bruit, a reçu lundi le premier prix de l'incubateur suisse du CERN.

Les autorités de la Ville de Genève semblent séduites par le projet et des discussions sont en cours pour lancer une phase test. Les villes d'Abou Dhabi et de Taipei ont, elles aussi, montré leur intérêt.

"Niveau très élevé de protection des données"

Car cette technologie arrive avec une promesse liée à une thématique très sensible: la protection des données. "On le voit aujourd'hui, l'image est de plus en plus remise en cause sur la voie publique", constate le directeur des opérations chez SecureAxis Gaëtan Vannay. "Nos capteurs de son ont cette capacité de pouvoir informer tout aussi bien - si ce n'est mieux - de ce qui se passe via ce type de détection. Du point de vue de la sécurité des données, de la confidentialité, c'est un niveau très élevé."

Spécialiste des enjeux sécuritaires

La start-up, avant tout spécialisée dans la vision en temps réel des enjeux sécuritaires, n'en n'est pas à son coup d'essai. Elle propose déjà une plateforme internet qui permet, en cas d'attentat par exemple, de recenser le personnel touché et de transmettre instantanément des informations. Il s'agit d'une sorte de réseau social de la sécurité.

Certaines ONG, le Département fédéral des affaires étrangères (DFAE) ou encore le TCS travaillent déjà avec SecureAxis. La start-up espère que ses détecteurs d’événements seront parfaitement opérationnels l'été 2020.

Cynthia Racine/oang

Publié le 13 novembre 2018 à 11:22