Modifié

Une personne peut désormais être identifiée par son système veineux

Très simple, le principe passe par le système veineux d'un doigt.  [Alain Herzog - Global ID/EPFL]
Présentation à Sion d'un système de biométrie par le système veineux / Le 12h30 / 1 min. / le 21 mars 2018
Un système innovant d’identification a été présenté mercredi à Sion par les trois partenaires qui l’ont conçu. Baptisé Fingervein3D, il permet de reconnaître une personne par son système veineux.

Ce nouveau procédé - qui complète l'identification par les empreintes digitales ou l'iris de l''œil - a été mis au point conjointement par l’institut de recherche IDIAP, spécialisé dans les technologies de l’information, la HES-SO Valais et Global ID - une start-up de l’EPFL.

Un simple scan de l'index

Très simple, le principe passe par le système veineux d'un doigt. Il suffit de glisser l'index dans un scanner 3D équipé d’une illumination infrarouge et d’une caméra monochrome. L’hémoglobine contenue dans le sang, qui absorbe la lumière infrarouge, fait alors apparaître le système veineux sous forme de lignes sombres.

La caméra enregistre l’image puis les données brutes sont numérisées, certifiées et envoyées à une base de données d’images enregistrées pour comparaison.

Plus sûr que les empreintes ou l'iris de l'oeil

Ce processus d’identification – qui a été breveté – prend moins de deux secondes. Et selon ses concepteurs, il est plus sûr que les normes actuelles. Les caractéristiques des vaisseaux sanguins sont uniques à chaque individu, comme les empreintes digitales ou la marque de l’iris. Mais contrairement à certains systèmes biométriques, les modèles de vaisseaux sanguins sont presque impossibles à contrefaire car situés sous la surface de la peau.

Et c’est justement parce que les problèmes de falsification d’identité causent dans certains pays émergents - principalement en Afrique - des pertes se chiffrant en millions de francs, que l’idée de ce nouveau système a germé.

Yves Terrani/oang

Publié Modifié