Modifié le 06 novembre 2017 à 19:20

Surnommé "Davos des geeks", le Web Summit ouvre ses portes à Lisbonne

Paddy Cosgrave, co-fondateur et patron du Web Summit, conférence qui se tient du 6 au 9 novembre à Lisbonne.
Les plus grands noms du numérique réunis à Lisbonne pour le Web Summit Forum / 2 min. / le 06 novembre 2017
Le Web Summit a ouvert ses portes lundi à Lisbonne. Cet événement, qui est l'un des plus grands rendez-vous de l'univers des start-ups et des nouvelles technologies, est surnommé le "Davos des geeks".

Réunissant les plus grands noms de l'économie digitale, le Web Summit est devenu en quelques années un rendez-vous incontournable, depuis sa première édition en 2010 à Dublin, avant de s'établir dès 2016 dans la capitale portugaise.

Cette année, 1200 intervenants, 2000 journalistes et 60'000 participants sont annoncés jusqu'à la clôture du salon jeudi.

Des géants du net et des politiques

Outre les représentants de plusieurs géants du numérique, comme Facebook, Amazon, Google ou Microsoft, l'événement attire également le monde politique, avec l'ex-président français François Hollande, l'ex-vice président américain Al Gore ou encore le secrétaire général des Nations unies Antonio Guterres qui doit prononcer le discours d'ouverture.

Invité dans l'émission Forum, Laurent Haug, entrepreneur et fondateur des conférences LIFT sur l'innovation, confirme: "C'est l'un des rendez-vous incontournables en Europe pour les entrepreneurs qui ont su suivre la courbe du numérique."

"De la place pour tout le monde"

D'autres grands événements, comme le World Economic Forum (WEF) de Davos, ont-ils raté le virage du numérique? "Ils n'ont peut-être pas su assez bien prévoir l'émergence de cette économie du numérique", estime Laurent Haug, qui souligne toutefois des organisations et philosophies différentes. "Il y a de la place pour plus qu'un seul événement dans ce domaine."

>> Ecouter l'interview de Laurent Haug:

Laurent Haug, fondateur de la conférence 200 Ideas.
Youtube
Forum - Publié le 06 novembre 2017

Propos recueillis par Marie Giovanola et Christian Favre

jzim/kkub

Publié le 06 novembre 2017 à 18:40 - Modifié le 06 novembre 2017 à 19:20