Publié

La messagerie Telegram condamnée en Russie pour refus de collaborer

Un utilisateur de l'application de messagerie cryptée Telegram en Suisse. [Christian Beutler - Keystone]
Un utilisateur de l'application de messagerie cryptée Telegram en Suisse. [Christian Beutler - Keystone]
La justice russe a condamné lundi la messagerie Telegram à une amende pour avoir refusé de fournir aux services de sécurité (FSB) les clés de cryptage de données permettant de lire les messages de ses utilisateurs.

Telegram, réputé pour son haut niveau de cryptage, a écopé d'une amende de 800'000 roubles (environ 14'000 francs). La cour estime que l'entreprise a manqué à son devoir de "fournir des informations aux forces de l'ordre".

Les demandes du FSB sont "techniquement impossible à exécuter" et violent la constitution russe qui protège le droit au secret de la correspondance, a affirmé le fondateur de Telegram Pavel Dourov sur le réseau social VK, qu'il a également créé.

Telegram risque le blocage

Ce génie du web russe, qui a déjà défié à plusieurs reprises les autorités russes, a appelé tout avocat souhaitant faire appel de la décision de justice à contacter Telegram.

En cas d'échec d'un éventuel appel, le service risque à terme le blocage en Russie s'il continue de refuser de fournir les clés de cryptage aux autorités.

Le fondateur de Telegram, qui revendique 10 millions d'utilisateurs en Russie, avait indiqué fin septembre avoir reçu une demande de coopération de la part du FSB, qu'il avait refusée.

afp/ptur

Publié

Telegram dans le collimateur de plusieurs pays

La messagerie se trouve dans le collimateur de plusieurs pays car elle sert de moyen de communication à des groupes terroristes et refuse de communiquer les données de ses utilisateurs aux autorités.

Après l'attaque terroriste qui avait fait 16 morts dans le métro de Saint-Pétersbourg le 3 avril, le FSB avait ainsi affirmé que l'auteur de l'attentat et ses complices avaient utilisé Telegram "pour dissimuler leurs plans criminels".