Publié

Des vannes intelligentes pour réduire sa facture de chauffage et son empreinte carbone

C’est la ruée sur les vannes intelligentes de radiateur qui permettent d’économiser jusqu’à 25% de sa facture de chauffage [RTS]
C’est la ruée sur les vannes intelligentes de radiateur qui permettent d’économiser jusqu’à 25% de sa facture de chauffage / 19h30 / 2 min. / le 30 janvier 2023
En Suisse, les bâtiments sont responsables d’environ un tiers des émissions de CO2. Pour réduire cette empreinte carbone, ainsi que sa facture de chauffage, il existe une solution simple: remplacer les robinets des radiateurs par des "vannes intelligentes" à installer soi-même.

Les propriétaires du Grand Hôtel & Kurhaus à Arolla, en Valais, ont récemment décidé de remplacer les vieux robinets de leurs radiateurs par ces vannes dites intelligentes. "Il y a eu une grande réflexion avec les propriétaires pour penser à la réduction du coût de l'énergie", explique dans le 19h30 Ambre Georgieff, la directrice de l'hôtel.

Ambre Georgieff peut choisir la température des chambres de l'hôtel grâce à une application sur son smartphone. [RTS]Ambre Georgieff peut choisir la température des chambres de l'hôtel grâce à une application sur son smartphone. [RTS]Au total, 300 robinets ont été changés dans les 57 chambres que compte le lieu de villégiature. Les nouvelles vannes détectent l'ouverture d'une fenêtre et réduisent la température en conséquence. Grâce à une connexion au wifi, elles sont également réglables et programmables à distance, via une application.

"Tout à l’heure, j’ai une arrivée [de clients] à la chambre 109. J'appuie sur [la touche de] cette chambre. Je monte la température souhaitée, donc généralement 19 degrés", illustre Ambre Georgieff.

La température n'est par conséquent agréable que quand la chambre est occupée. Ambre Georgieff espère ainsi réaliser jusqu'à 25% d'économies sur la facture de mazout d'ici quelques mois.

"Assez simple à mettre en place"

Ces vannes de radiateurs connectées peuvent être installées dans un hôtel, mais aussi dans un appartement ou une résidence secondaire. Avec la crise énergétique, les ventes de tels appareils explosent. Les fabricants proposent sur internet des solutions à installer soi-même. De son côté, la Confédération recommande aussi ces produits.

"Pour quelqu’un qui est locataire ou bien qui a un appartement, c’est quelque chose d'assez simple à mettre en place. Mais c’est un début de solution. C’est-à-dire que c’est un début d’économie, qui permet d’optimiser sa façon de chauffer. Pour vraiment économiser, il faut tout un système avec le système de chauffage et pas seulement avec les vannes", détaille Fabien Lüthi, le porte-parole de l'Office fédéral de l'énergie (OFEN).

Avancées technologiques

La technologie des vannes 2.0 se développe. Des chercheurs du Laboratoire fédéral d’essai des matériaux et de recherche (Empa), à Dübendorf (ZH), ont mis au point un algorithme qui rend ces vannes intelligentes... encore plus intelligentes. "Actuellement, les vannes connectées disponibles sur le marché ne réagissent qu'en fonction de la température mesurée dans la pièce. Alors que notre système regarde quasiment dans le futur, pour anticiper la température", développe Felix Bünning, directeur et cofondateur de la start-up Viboo. Ce système règle en effet l'ouverture de la vanne en fonction des prévisions météo, avec à la clé un doublement de l'efficacité.

Selon ces chercheurs, si tous les chauffages de Suisse étaient équipés de cette technologie, la Suisse réduirait rapidement ses émissions totales de C02 d'environ 10%.

Julien Guillaume/ami

Publié

Les propriétaires de logements secondaires les installent volontiers

Les quelques chiffres disponibles laissent penser qu'il existe un certain engouement parmi les propriétaires des 700'000 résidences secondaires en Suisse, qui ne sont occupées que périodiquement. Selon l'OFEN, qui cite des données publiées en 2022, plus de 40'000 nouvelles installations de vannes intelligentes ont été réalisées depuis 2019. Le nombre de propriétés équipées de ces systèmes a triplé.

Notons que la Confédération estime que 3 à 5% des résidences secondaires étaient équipées d’une commande à distance du chauffage en 2019.