Modifié

Pas de craintes en Suisse sur des perturbations des avions par la 5G

L'aéroport de Genève s'attendait à 25'000 passagers vendredi, soit 40% du trafic de 2019.  [Salvatore Di Nolfi - Keystone]
Pas d'inquiétudes en Suisse pour la 5G dans les aéroports: interview de Philippe Horisberger / La Matinale / 1 min. / le 19 janvier 2022
Des compagnies aériennes américaines s'inquiètent de l'impact du déploiement de la 5G sur les instruments de vol. En Suisse, ces craintes n'existent pas, car les fréquences autorisées sont inférieures aux normes américaines.

Lundi, dix patrons de compagnies aériennes américaines avaient mis en garde les autorités contre le potentiel "chaos" que représenterait le déploiement de cette technologie autour des aéroports, inquiets de possibles interférences sur les instruments de bord. "Une intervention immédiate est nécessaire pour empêcher une importante perturbation opérationnelle", écrivaient ces compagnies.

>> Lire: Les compagnies aériennes américaines craignent la 5G près des aéroports

Ces craintes ne sont pas à l'ordre du jour en Suisse. "Jusqu'à présent, aucune perturbation n'a été signalée en Suisse ou en Europe", explique Philippe Horisberger, directeur suppléant de l'Office fédéral de la communication et responsable de la division Concessions et gestion des fréquences.

400 MHz de marge

Mais les fréquences de la 5G sur sol européen sont inférieures aux normes américaines. "Les fréquences qui sont utilisées pour la 5G en Suisse et en Europe sont dans la bande de 3,5 à 3,8 GHz", explique-t-il. Or, "les radioaltimètres dont on parle fonctionnent dans la bande de 4,2 à 4,4 GHz", ce qui est relativement éloigné des normes appliquées en Suisse.

En revanche, "les fréquences qui sont prévues à terme aux USA sont de 3,7 à 3,98 GHz, c'est-à-dire pratiquement 200 méga hertz plus haut", dit-il.

Toutefois, le sujet est tellement sensible que la Suisse participe activement à de nouvelles études européennes sur le sujet, note encore Philippe Horisberger. "Quand on parle d'aviation civile, il faut toujours être très prudents, la moindre perturbation pourrait avoir des conséquences catastrophiques", rappelle-t-il.

>> Les précisions de Philippe Horisberger sur ces travaux:

Le rayonnement des smartphones serait plus dangereux que celui des antennes 5G. [Peter Klaunzer - Keystone]Peter Klaunzer - Keystone
La Suisse participe aux études sur la 5G dans les aéroports: interview de Philippe Horisberger / La Matinale / 41 sec. / le 19 janvier 2022

Les résultats de ces études devraient être connus dans le courant de l'été.

sb/jop

Publié Modifié

"Moratoire" des opérateurs américains

Les opérateurs de téléphonie mobile AT&T et Verizon ont finalement annoncé qu'ils allaient retarder temporairement le déploiement de la 5G autour de "certains aéroports" aux Etats-Unis afin d'éviter le potentiel chaos craint par les acteurs du transport aérien, sans toutefois éliminer complètement le risque de perturbations dans le ciel américain. 

Par conséquent, certaines des principales compagnies aériennes mondiales ont modifié ou suspendu leurs vols à destination des États-Unis avant le déploiement mercredi des nouveaux services de 5G dans le pays.

L'autorité américaine de l'aviation (FAA) a pour l'instant validé l'utilisation de certains modèles radioaltimètres et donné son aval pour 48 des 88 aéroports américains les plus directement affectés par les risques d'interférences. Il reste donc des restrictions dans certains cas.