Publié

Plus de 3000 satellites d'Amazon pour de l'internet à haut débit

Jeff Bezos, le fondateur et CEO d'Amazon, va investir 10 milliards de dollars dans son "Project Kuiper" (image datant de juin 2019). [AFP]
Amazon va déployer plus de 3000 satellites en orbite basse / Le Journal horaire / 16 sec. / le 1 août 2020
Amazon a obtenu l'approbation des autorités américaines pour déployer une constellation de plus de 3000 satellites en orbite basse, censés fournir de l'internet à haut débit partout dans le monde.

Le géant du commerce en ligne va investir dix milliards de dollars dans son "Project Kuiper", a-t-il fait savoir jeudi lors de la publication de très bons résultats trimestriels.

Le Project Kuiper de Jeff Bezos, patron du groupe et homme le plus riche au monde, compte 3236 satellite. Il doit permettre d'amener de la connectivité aux zones actuellement non couvertes.

Il visera d'abord les zones blanches des Etats-Unis, puis dans le monde entier, et pourrait alimenter des réseaux sans-fils et 5G.

>> Lire: La 5G coûtera cher aux clients pour un débit moins élevé que promis

"Nous avons entendu tellement d'histoires récemment sur les personnes qui ne peuvent pas travailler ou étudier parce qu'ils n'ont pas d'internet fiable à la maison", a déclaré Dave Limp, vice-président d'Amazon; "Kuiper va changer cette situation. Nos dix milliards d'investissements vont créer des emplois et les infrastructures américaines vont nous aider à combler le fossé".

Le projet ciblera en priorité les foyers, ainsi que les écoles, hôpitaux, entreprises et d'autres organisations, et pourra rétablir les télécommunications en cas de catastrophe naturelle.

Plusieurs entreprises se sont déjà positionnés sur le créneau de l'internet depuis l'espace.

Starlink et Oneweb

Le mastodonte SpaceX du milliardaire américain Elon Musk a déjà déployé la constellation Starlink qui compte quelque 300 satellites en orbite et ambitionne d'en lancer jusqu'à 42'000.

En Europe, le gouvernement britannique, associé au conglomérat indien Bharti, a été choisi comme repreneur de l'opérateur de satellites en faillite OneWeb, qui porte un projet similaire.

afp/sjaq

Publié