Modifié le 01 décembre 2019 à 09:08

La voiture volante, fiction ou réalité?

La voiture volante, fiction ou réalité?
Futur antérieur - Organiser les villes pour accueillir des voitures volantes Futur antérieur / 4 min. / le 25 novembre 2019
Google, Airbus, Boeing, Audi: des centaines d’entreprises se lancent dans une course effrénée pour développer la voiture volante du futur. Uber annonce même les premières courses en taxi volant à San Francisco en 2023.

La voiture volante semble désormais prête au décollage. Luc Besson l’avait portée à l’écran en 1997 dans son film Le Cinquième Elément. Aujourd'hui, ces images de taxis virevoltant entre les buildings ne relèvent plus de la science-fiction à en croire les annonces de centaines de start-up.

La firme allemande Volocopter mènera ses premiers tests prochainement dans la ville de Singapour. Airbus se lance également dans le business avec le "Pop Up Next", une sorte de capsule 2 en 1 qui laisse ses roues au sol pour s'arrimer à un drone afin de s'élever dans les airs. Et la PAL-V Liberty, une voiture volante d'origine hollandaise, qui a fait sensation lors de sa présentation au Salon de l’Automobile à Genève l’année dernière.

Il existe plus de 170 prototypes de ces aéronefs électriques à décollage verticaux (E-Vtol, pour Electric Vertical Take off and Landing).

"Une révolution à nos portes"

La start-up valaisanne H 55, basée à Sion, développe des systèmes de propulsion électrique pour l’aéronautique. Son fondateur André Borschberg, ancien pilote de Solar Impulse, constate avec enthousiasme le champ des possibles qu'ouvre l'évolution des technologies.

"Longtemps la technologie n’avait pas beaucoup évolué dans l’aéronautique. Aujourd'hui, on s'aperçoit que la propulsion électrique permet de faire voler des avions proprement et avec peu de bruit". Pour André Borschberg, la révolution est à nos portes: "Pour moi, les taxis voleront dans nos villes d'ici cinq à dix ans parce que la technologie est là. Aujourd'hui, on sait faire".

Problème éthique

Mais la certification et la réglementation sont les freins principaux. Pour Andreas Reinhart, co-auteur du livre "Les nouvelles voitures volantes", il est difficile de prouver la fiabilité dans ce domaine nouveau. "Dans les airs, vous êtes toujours tributaire des lois de la gravité, c’est tout à fait différent dans une voiture sur la route, s'il y a un problème dans les airs et que la machine doit atterrir d'urgence, qu'est-ce que vous choisissez: atterrir sur une école ou sur une gare? C’est finalement un problème éthique qui freine les évolutions dans le domaine."

Avant de circuler dans les villes, les véhicules devront démontrer qu'ils sont fiables, explique André Borschberg: "Ce qu'on aura, c'est le développement de taxis volants sur des lignes peut-être préparées et où l'on peut assurer la sécurité. En gagnant en expérience, en démontrant que ça marche et que c'est sûr, on les mettra ensuite à disposition de manière plus large".

Quel intérêt?

Villes plus propres, sans embouteillages, moins denses et même plus sûres; voilà ce que la mobilité aérienne urbaine pourrait engendrer, selon André Borschberg. "Si on peut prendre une partie de l'engorgement et réaliser un transport beaucoup plus rapide qu'aujourd'hui en voiture, je pense que ça permettra peut-être de délocaliser un certain nombre de personnes vers l'extérieur des villes. Mais on peut certainement augmenter la sécurité, diminuer le bruit et la pollution."

Mais avant d'imaginer des voitures volantes au-dessus de nos tête, les villes devront être plus organisées. "Je pense que l'on va être forcés de modifier la manière dont le trafic s'établit dans le paysage urbain. Les Chinois commencent à y réfléchir. Cela fonctionnera bien dans des villes modernes, en revanche ça sera plus difficile dans des cités très anciennes", imagine l'ancien pilote de Solar Impulse.

D'ici 15 ans...

Même si le chemin est encore parsemé d’embûches, le marché des taxis volants pourrait se révéler très porteur à terme. Selon l’étude du cabinet de conseil français Oliver Wyman, il pourrait représenter plus de 35 milliards de dollars en 2035.

Dans 15 ans, 60 à 90 villes dans le monde pourraient être dotées d’un service de taxis volants et 40'000 à 60'000 véhicules électriques circuleront dans les airs.

>> La voiture volante nourrit les rêves les plus fous (12h45 du 8 mars 2017):

La voiture volante nourrit les rêves les plus fous
12h45 - Publié le 08 mars 2017

Katia Bitsch/jfe

Publié le 01 décembre 2019 à 09:07 - Modifié le 01 décembre 2019 à 09:08