Modifié le 07 septembre 2017

La présentatrice TV en rose, l'arme de propagande du régime nord-coréen

Ri Chun-Hee, dans son costume traditionnel rose, devant une image du Mont Paektu.
Ri Chun-Hee, dans son costume traditionnel rose, devant une image du Mont Paektu. [KIM Won-Jin - AFP]
Tirs de missiles, essais nucléaires, décès de Kim Il-Sung et de Kim Jong-Il, tous les grands événements du régime nord-coréen sont annoncés depuis des décennies par Ri Chun-Hee, la présentatrice historique de la chaîne nationale.

Si le régime nord-coréen décidait de lancer une guerre nucléaire, le monde l'apprendrait probablement de Ri Chun-Hee. Toujours dans son habit traditionnel rose, la présentatrice historique de KCTV est sortie de sa retraite le 3 septembre pour annoncer l'essai d'une bombe à hydrogène.

A 74 ans, Ri Chun-Hee n'a rien perdu de sa voix tonitruante et de son ton martial pour célébrer le "succès parfait" de l'essai, qui doit "parachever la force nucléaire de l'Etat".

>> L'annonce de l'essai de la bombe H sur KCTV:

L'annonce officielle en Corée
L'actu en vidéo - Publié le 07 septembre 2017

Plus de 40 ans de carrière

Dans un pays où le leader Kim Jong-Un s'adresse rarement directement au peuple, Ri Chun-Hee est devenue un symbole, l'un des visages les plus connus de Corée du Nord. Et une arme de propagande. Sa seule présence à l'antenne de KCTV indique qu'un événement marquant est sur le point d'être dévoilé.

"La présentatrice du peuple" a fait preuve d'une longévité remarquable, survivant à toutes les purges politiques depuis plus de 40 ans. Après une carrière au cinéma dans les années 1960, elle a rejoint la chaîne nationale en 1971 et a été propulsée présentatrice seulement trois ans plus tard.

Buzz sur les réseaux sociaux

Depuis lors, toutes les déclarations en grande pompe du régime - lancements de satellite, tirs de missile ou menaces contre la Corée du Sud et les Etats-Unis - sont proclamées par la voix de Ri Chun-Hee. Sa continuité à l'écran s'expliquerait par son style mélodramatique et belliqueux. Un style qui aurait séduit le fondateur du régime Kim Il-Sung.

Mais la célébrité de cette héroïne nationale dépasse les frontières du pays. Elle possède des pages Wikipédia dans 20 langues et ses prestations sont abondamment partagées sur les réseaux sociaux, pourtant bannis par Pyongyang. Le 17 décembre 2011, ses larmes lors de la mort de Kim Jong-Il avaient fait le tour du monde.

>> Ri Chun-Hee annonce en pleurs la mort de Kim Jong-Il:

 

"Sa voix fait trembler les ennemis"

Ce succès encourage probablement le régime à la solliciter occasionnellement depuis qu'elle a pris sa retraite en 2012. En parallèle, elle continuerait à former les nouveaux présentateurs de la chaîne.

Un rare portrait publié en 2009 par un magazine d'Etat, relayé par The Guardian, dévoile qu'elle vit dans un luxueux appartement de Pyongyang avec son mari, ses enfants et petits-enfants. Le magazine écrivait alors: "Sa voix touche les téléspectateurs et fait trembler de peur les ennemis".

Valentin Tombez

Publié le 07 septembre 2017 - Modifié le 07 septembre 2017