Modifié le 08 août 2017

Un Département américain censure l'expression "changement climatique"

Les e-mails internes obtenus par The Guardian montrent que l'arrivée au pouvoir de Donald Trump a eu un impact sur le vocabulaire utilisé par les agences fédérales pour parler du climat. Image d'arrière-plan: moisson dans un champ de coton en Alabama en 2015.
Les e-mails internes obtenus par The Guardian montrent que l'arrivée au pouvoir de Donald Trump a eu un impact sur le vocabulaire utilisé par les agences fédérales pour parler du climat. Image d'arrière-plan: moisson dans un champ de coton en Alabama en 2015. [Brian Snyder - Reuters]
Le personnel d'une agence américaine rattachée au Département de l'Agriculture a reçu la consigne explicite de ne pas utiliser l'expression "changement climatique", montrent des e-mails internes publiés par The Guardian.

Les employés du Service de Conservation des ressources naturelles (NRCS) ont reçu de leur hiérarchie la consigne de remplacer le terme "changement climatique" par "météo extrême" dans leurs travaux, a révélé The Guardian lundi.

Dans un courriel du 16 février, une responsable de cette agence gouvernementale précise: "nous n'allons pas changer la modélisation, seulement la manière dont nous en parlons". Et de fournir un guide des termes que le personnel doit éviter, et par quoi les remplacer.

Ne plus parler de réduire les gaz à effet de serre

L'"adaptation au changement climatique" devient de la "résilience aux phénomènes météorologiques extrêmes". La "réduction des gaz à effet de serre" est bannie au profit de la "production de matière organique dans le sol" et d'une "utilisation plus efficiente des éléments nutritifs".

Mais un porte-parole du NRCS assure que l'agence "n'a reçu aucune consigne de la part du Département de l'Agriculture ou du gouvernement pour modifier ses communications".

ptur

Publié le 08 août 2017 - Modifié le 08 août 2017

Un "changement de perspective" nommé Trump

Dans un mail adressé aux cadres le 24 janvier, soit quelques jours après l'entrée en fonction de Donald Trump, un autre responsable du NRCS indique: "Il est clair que l'une des priorités de la précédente administration n'est plus compatible avec celles de l'administration actuelle. Cette priorité est le changement climatique. Merci de rendre vos équipes attentives à ce changement de perspective".

Le président américain a remis en question à plusieurs reprises la validité des recherches sur le réchauffement climatique. Il a annoncé qu'il retirerait les Etats-Unis de l'accord de Paris sur le climat, a ordonné à l'Agence de protection de l'environnement (EPA) de supprimer certaines régulations destinées à réduire les gaz à effet de serre, et a ouvert de nouveaux pans du territoire national aux activités économiques liées aux énergies fossiles.

Plusieurs agences fédérales attaquées en justice

Le Center for Biological Diversity ("Centre pour la diversité biologique") a attaqué en justice plusieurs agences gouvernementales, dont l'EPA et le Département d'Etat, pour les obliger à communiquer sur la "censure" du vocabulaire lié au réchauffement climatique, indique The Guardian.

"Penser que le personnel d'une agence fédérale chargé de fournir des rapports sur notre air, notre eau et notre sol [...] doit adapter son travail à la rhétorique anti-science de l'administration Trump est consternant et dangereux", a déclaré au journal une représentante de cette ONG qui oeuvre à la protection de la biodiversité.