Modifié le 11 juillet 2017

Facebook compte construire sa propre ville au coeur de la Silicon Valley

Une image de synthèse du campus Willow à Menlo Park, près de San Francisco.
Une image de synthèse du campus Willow à Menlo Park, près de San Francisco. [OMA - Facebook]
Facebook a dévoilé le week-end dernier les plans de la ville que le groupe projette de construire près de San Francisco en Californie. Le campus Willow sera composé de logements et commerces.

Avec ce campus, Facebook veut faciliter le quotidien de ses employés. Anticipant les critiques, le géant du web entend également intégrer la communauté locale à son projet, annonce-t-il dans une vidéo publiée vendredi:

Facebook compte construire à Menlo Park 1500 logements, dont 15% seraient proposés à un prix plus bas que ceux pratiqués actuellement dans la Silicon Valley, enlisée depuis plusieurs années dans une crise du logement.

Projet mégalomane ou utopiste?

Mark Zuckerberg, patron du réseau social, avait pour la première fois formulé le concept de "Facebook City" en 2012. Le projet avait alors suscité l'interrogation.

Le campus va-t-il encore davantage isoler l'industrie du web des habitants de la région, se demandait alors le site spécialisé Motherboard? Relève-t-il de la mégalomanie ou de l'utopie socialiste, écrivait France Info?

Facebook se dit désormais prêt à déposer les plans de construction ce mois-ci. Les premiers bâtiments sont prévus pour 2021.

tmun

Publié le 11 juillet 2017 - Modifié le 11 juillet 2017

La Silicon Valley touchée de plein fouet par la crise du logement

La région de San Francisco est touchée par une crise du logement depuis plusieurs années. A tel point que des ingénieurs de Facebook auraient demandé l'aide de Mark Zuckerberg pour payer leur loyer, rapporte la chaîne américaine CNBC .

Parmi les raisons derrière cette crise, la présence elle-même des géants du web dans la région. En 2015 par exemple, la région de San Francisco a vu arriver 64'000 nouveaux postes; la même année, 5000 nouveaux logements ont été construits, raconte le site d'informations Quartz.

Facebook n'est pas la seule entreprise à se préoccuper de cette situation. Alphabet, la maison mère de Google, investit dans des logements temporaires. Le groupe a ainsi payé 30 millions de dollars pour des maisons préfabriquées pour 300 de ses employés, selon le Wall Street Journal .