Modifié le 27 octobre 2016 à 08:59

AT&T vend des prestations de surveillance aux autorités américaines

Le logo d'AT&T.
Le logo d'AT&T. [Justin Lane - Keystone]
Le géant américain des télécommunications AT&T a mis au point un outil perfectionné afin de surveiller les échanges de ses usagers. Les autorités paient cher pour ses prestations, révèle une enquête du Daily Beast.

Le géant des télécommunications américain AT&T fait les gros titres depuis l'annonce, samedi, de sa méga-fusion avec Time Warner pour un montant dépassant les 85 milliards de dollars.

>> Ecouter le sujet de Tout un monde sur les enjeux de cette fusion:

Le logo d'AT&T.
Justin Lane - Keystone
Tout un monde - Publié le 25 octobre 2016

Dans ce contexte, le Daily Beast a publié mardi une enquête sur le projet "Hemisphere", un programme secret mené par AT&T qui consiste à analyser les méta-données liées aux communications de ses usagers, dans le but de localiser une cible et d'identifier ses réseaux.

Au-delà du simple partenariat

L'existence de ce programme avait été révélée en 2013 par le New York Times, qui le décrivait alors comme un simple "partenariat" entre AT&T et le gouvernement américain. Les autorités présentaient Hemisphere comme un outil essentiel dans la lutte contre le narcotrafic, mais utilisé avec parcimonie.

Cependant, des documents internes à AT&T, que le Daily Beast s'est procurés, révèle un usage beaucoup plus large pouvant aller jusqu'à débusquer des fraudeurs à l'assurance-maladie.

Pour le site d'information, "Hemisphere n'est pas un partenariat mais plutôt un produit développé par AT&T, 'marketé' et vendu des millions de dollars par an aux frais du contribuable." Les forces de l'ordre paient en effet entre 100'000 et un million de dollars par an pour bénéficier de ce service.

Pas de mandat nécessaire

Les autorités n'ont pas besoin de mandat pour faire usage des méta-données fournies par AT&T, assimilées à de simples coordonnées téléphoniques et considérées comme ne relevant pas de la vie privée.

Cité par le Daily Beast, un porte-parole d'AT&T estime que la société ne fait que son devoir. “Comme les autres entreprises actives dans le domaine des communications, nous sommes légalement tenus de fournir les méta-données des appels (numéro de téléphone ou heure de l'appel par exemple, ndlr) si un office gouvernemental nous le demande dans le cadre d'une procédure légale", explique-t-il.

Mais un analyste spécialisé dans le domaine des technologies reproche à AT&T son zèle. “Les entreprises se doivent de fournir ce type de données si les forces de l'ordre l'exigent. Mais elles ne sont pas obligées, comme le fait AT&T, d'exploiter elles-mêmes leurs bases de données pour aider la police à trouver de nouveaux numéros de téléphone sur lesquels enquêter.”

ptur

Publié le 26 octobre 2016 à 11:42 - Modifié le 27 octobre 2016 à 08:59

AT&T possède plus des trois quarts de la téléphonie fixe aux Etats-Unis

Selon le Daily Beast, AT&T est l'un des opérateurs les plus aptes à fournir ce type de service parce que la masse de données en sa possession est énorme. AT&T est le leader de la téléphonie fixe aux Etats-Unis, et le deuxième fournisseur d'accès à internet et au réseau cellulaire.

AT&T conserve depuis des années les informations relatives à toute communication (appels, SMS, chat) ayant transité par son infrastructure. Cela représenterait des milliers de milliards d'informations et excéderait la masse d'informations téléphoniques collectées par la NSA au titre du Patriot Act.