Modifié le 26 mai 2016 à 11:24

Les 268'000 tonnes de plastique qui polluent les océans sur une carte

La répartition globale du plastique dans les océans.
La répartition globale du plastique dans les océans. [Dumpark]
Une agence néo-zélandaise a utilisé les données collectées lors d'une vingtaine d'expéditions océanographiques pour concevoir une carte interactive qui montre la répartition du plastique dans les océans.

Le site américain Vox a relayé lundi une carte interactive montrant où se trouvent les quelque 5 billions (5 millions de millions) de morceaux de plastique qui flottent dans nos océans.

Cette visualisation a été réalisée par l'agence néo-zélandaise Dumpark à partir de données collectées lors de 24 expéditions menées par l'océanographe Marcus Eriksen.

Lors de ces missions, les scientifiques ont fait 700 prélèvements et environ 900 estimations visuelles afin de pouvoir créer un modèle statistique leur permettant d'estimer la répartition totale des plastiques à la surface des océans.

"Confettis de plastique"

Chaque point sur la carte correspond à 20 kg de plastique, pour un poids total de 268'000 tonnes (soit plus que le poids de 38'000 éléphants d'Afrique).

"Sailing seas of plastic" rappelle que l'essentiel du plastique n'est pas centralisé mais plutôt disséminé sous la forme de particules de la taille de confettis, ce qui complique considérablement les efforts de nettoyage.

ptur

Publié le 25 mai 2016 à 16:30 - Modifié le 26 mai 2016 à 11:24

Des milliers de tongs dans l'océan Indien

L'équipe de Marcus Eriksen a aussi étudié quels types de plastique étaient les plus courants dans les océans. "Nous avons trouvé une quantité étonnante de micro-billes du type de celles qu'on retrouve dans les déodorant roll-on", a-t-il expliqué à Vox. "Les plus gros éléments ont tendance à être en plastique solide: brosses à dent, figurines, balles, bidons de lait, seaux..."

Dans une zone de l'océan Indien, les scientifiques ont repéré des milliers de tongs qui avaient vraisemblablement été transportées par les courants. "Il y en avait énormément, j'aurais pu en ramasser 10'000 en une heure." Mais l'immense majorité du plastique qui pollue les océans est invisible.