Modifié le 17 mars 2016 à 13:11

Il empoche 700'000 francs pour avoir résolu une équation vieille de 350 ans

Le professeur Andrew Wiles en 1998.
Le professeur Andrew Wiles en 1998. [AP Photo/Charles Rex Arbogast - Keystone]
Le mathématicien britannique Andrew Wiles a reçu cette semaine le Prix Abel, et les 700'000 francs qui l'accompagnent, pour avoir résolu le dernier théorème de Fermat, formulé il y a plus de 350 ans.

Si "n" est supérieur à 2, il n'existe pas de nombre entier qui permet de résoudre l'équation xn + yn = zn. Durant des siècles, les mathématiciens les plus brillants se sont creusés la tête pour démontrer ce théorème formulé en 1637 par le Français Pierre de Fermat.

C'est finalement le professeur Andrew Wiles de l'Université de Oxford qui, en 1994, est arrivé à prouver "le dernier théorème de Fermat". La démonstration, qui a nécessité 7 ans de travaux, tient sur plus de 150 pages.

Pour sa découverte, le mathématicien va recevoir le Prix Abel et 6 millions de couronnes norvégiennes (700'000 francs), a annoncé cette semaine l'Académie norvégienne des sciences et des lettres.

"Je devais le résoudre"

Selon l'organisation, l'équation était "le problème non résolu le plus célèbre et le plus vieux dans ce domaine".

Andrew Wiles raconte avoir découvert le théorème dans une petite librairie, à l'âge de 10 ans: "J'ai su à ce moment que je ne pourrais pas le lâcher. Je devais le résoudre".

vtom

Publié le 17 mars 2016 à 11:28 - Modifié le 17 mars 2016 à 13:11