Modifié le 12 octobre 2015 à 17:27

Des missiles russes visant la Syrie traversent les routes d'avions de ligne

La lancement d'un missile depuis la mer Caspienne, une image tirée d'une vidéo du ministère russe de la Défense.
La lancement d'un missile depuis la mer Caspienne, une image tirée d'une vidéo du ministère russe de la Défense. [ - ]
L'Agence européenne de la sécurité aérienne (AESA) a mis en garde les compagnies survolant l'Irak, l'Iran et la mer Caspienne du danger d'entrer en collision avec un missile russe.

Alors que l'armée russe emploie des missiles mer-sol pour pilonner des positions rebelles en Syrie, l'intensification des frappes peut constituer un risque majeur pour les avions de ligne présents dans ces zones, selon l'AESA.

Celle-ci a adressé un avertissement à ses membres le 9 octobre dernier, a révélé dimanche le quotidien allemand Die Welt.

Air France modifie ses trajectoires

Malgré le danger, l'AESA n'a pas donné de consignes particulières aux compagnies aériennes concernant les itinéraires qu'elles doivent emprunter.

Die Welt indique cependant qu'Air France aurait décidé samedi de modifier la trajectoire de vol de ses appareils à travers l'Iran et la mer Caspienne. A l'heure actuelle, la compagnie française ne vole plus au-dessus du Yémen, de l'est de l'Ukraine, de la Syrie, de l'Irak et de la Libye.

kg

Publié le 12 octobre 2015 à 09:17 - Modifié le 12 octobre 2015 à 17:27

Swiss n'envisage pas de changement d'itinéraire

L'engagement de missiles et de fusées russes dans le conflit syrien n'incite pour l'heure pas les compagnies aériennes Swiss et Lufthansa à changer de couloirs aériens.

La compagnie Swiss ne voit pour l'heure pas de raison de modifier ses itinéraires, et continue de survoler l'Iran et la mer Caspienne. "Nous observons cependant très attentivement la situation", a affirmé la porte-parole de Swiss, Meike Fuhlrott, interrogée lundi. Swiss "réagirait très vite" en cas de recommandation de l'EASA, a-t-elle ajouté