Modifié le 02 octobre 2015 à 15:25

Des vers mangeurs de plastique, un nouvel espoir contre la pollution

Les vers de farine peuvent s'alimenter exclusivement de polystyrène, révèle une étude de l'université de Stanford.
Les vers de farine peuvent s'alimenter exclusivement de polystyrène, révèle une étude de l'université de Stanford. [ - Stanford News]
Des chercheurs américains ont découvert que les vers de farine étaient capables de métaboliser un type de plastique jusqu'alors considéré comme non biodégradable.

Des chercheurs de l’université de Stanford, aux Etats-Unis, ont annoncé avoir identifié un nouvel allié pour lutter contre l'accumulation de déchets plastiques dans la nature: le ver de farine.

Selon la revue Environmental Science and Technology, l'équipe scientifique a nourri 100 larves de vers de farine exclusivement de polystyrène sans aucune incidence sur leur santé, à raison de 34 à 39 milligrammes par jour.

Biodégradation du polystyrène

Les micro-organismes présents dans l'intestin des vers leur permettent en effet de métaboliser le plastique.

Sur la totalité ingérée, environ la moitié est convertie en dioxyde de carbone et l'autre éliminée sous la forme d’excréments utilisables pour les sols.

Cette étude, la première à mettre en évidence un phénomène de biodégradation du polystyrène, pourrait selon ses auteurs permettre à terme de "résoudre le problème global de la pollution au plastique".

ptur

Publié le 01 octobre 2015 à 15:49 - Modifié le 02 octobre 2015 à 15:25