Modifié le 12 mai 2014

Un blogueur tente de décrypter les vidéos des heurts de Marioupol

Des manifestants les mains en l'air face à l'armée ukrainienne à Marioupol.
Des manifestants les mains en l'air face à l'armée ukrainienne à Marioupol. [ - Capture d'écran YouTube]
Sur la base de vidéos amateur, un blogueur a tenté de reconstituer le déroulé des affrontements lors desquels un homme a été tué vendredi à Marioupol, en Ukraine.

Le blogueur Julius Civilis a publié dimanche ce qu'il présente comme un décryptage des heurts survenus vendredi à Marioupol entre des séparatistes et l'armée ukrainienne.

>> Lire: Des affrontements auraient fait 21 morts à Marioupol, en Ukraine

Il a utilisé des vidéos postées sur les plateformes YouTube et Rutube. Ces images ont été très commentées, que ce soit pour incriminer les militaires ukrainiens ou les séparatistes.

Auteur inconnu, vidéos amateur non authentifiées et parfois peu claires: il s'agit de son interprétation, sujette à caution. Elle pourrait néanmoins expliquer les circonstances des blessures de plusieurs manifestants et la mort de l'un d'entre eux.

La vidéo ci-dessus montre un homme barbu, présenté par Julius Civilis comme le "tireur", haranguer la foule (5'12) puis chercher son pistolet dans sa poche. Sont ensuite tirés des coups de feu qui font plusieurs blessés (5'33). La foule commence alors à charger les militaires (5'49).

Echange de tirs entre un civil et un soldat

Cette fois, le "tireur" tire 2 premiers coups vers les soldats (2'09). Ses tirs sont reconnaissables car moins bruyants que ceux des militaires, selon le blogueur.

A 2'20, la "victime" fait son apparition. On la voit courir à l'intérieur de la tente (2'29). Le tireur est aussi visible, devant le kiosque. On entend encore 2 coups de pistolet, suivis de 5 coups de feu tirés par un soldat.

Bouclier humain?

Tournée depuis un autre point de vue, cette vidéo montre le moment où "le tireur" tire ses 2 coups de pistolet (1'15). "La victime" apparaît ensuite allongée à l'entrée de la tente, mortellement blessée à la tête (deuxième vidéo, 2'44 - attention ces images peuvent choquer).

Julius Civilis en conclut que le tireur a tiré 4 coups de feu en direction des militaires, dont l'un a répliqué par 5 coups de feu. Selon lui, le tireur aurait utilisé la victime, un civil non armé, comme bouclier humain pour se protéger des balles de l'armée.

ptur

Publié le 12 mai 2014 - Modifié le 12 mai 2014