Modifié le 29 avril 2014 à 19:02

Comment la Suède aurait influencé les parlementaires suisses sur le Gripen

Les positions des membres de la Commission du National avant l'intervention de l'ambassadeur de Suède (infographie de la Radio suédoise).
Les positions des membres de la Commission du National avant l'intervention de l'ambassadeur de Suède (infographie de la Radio suédoise). [ - Sveriges radio]
La Radio suédoise a publié mardi des documents classifiés qui révèlent comment l'ambassadeur de Suède à Berne s'y est pris pour convaincre la commission du National de dire oui au Gripen.

Des documents secrets adressés au gouvernement suédois (voir liens ci-contre) et publiés mardi par la radio suédoise Sveriges Radio apportent un nouvel éclairage sur le rôle joué par la Suède dans le processus politique lié à l'achat de 22 avions de combat Gripen en Suisse.

La radio avait déjà expliqué, en février dernier, comment l'ambassade de Suède à Berne avait interféré dans la campagne en vue du référendum du 18 mai. Cette fois, elle décrypte une stratégie antérieure: celle qui a été déployée pour convaincre le Parlement suisse de dire oui au Gripen.

Rencontres avec des opposants

Selon ces documents, l'ambassadeur de Suède Per Thöresson a commencé par répertorier les positions sur le Gripen de tous les membres de la commission de la politique de sécurité du Conseil national.

Il a transmis cette liste au ministre de la Défense Ueli Maurer dont il dit, dans l'un de ses courriers envoyés à Stockholm: "Il accueille avec enthousiasme nos propositions sur les parlementaires qui restent à convaincre."

Une semaine avant le vote, prévu en août 2013, Per Thöresson a rencontré à Berne plusieurs opposants au Gripen, dont le chef du PLR Philipp Müller qu'il a convaincu de s'engager à voter oui, en lui fournissant des arguments pour justifier son changement d'avis ("il doit bien sauver la face", écrit l'ambassadeur). L'UDC Thomas Hurter (UDC) a aussi reçu ces conseils.

Conseils à Ueli Maurer

Cinq jours avant le vote, l'ambassadeur a encore aidé et conseillé Ueli Maurer dans la construction de sa présentation devant la commission parlementaire.

Les efforts de l'ambassadeur auraient finalement été récompensés. Lire: La commission du National favorable à l'achat de 22 avions de combat Gripen et Le Conseil national accepte de libérer 3 milliards pour le Gripen. A l'issue de ces votes, Per Thöresson a ensuite expliqué au gouvernement suédois que le travail de lobbying devait continuer en vue du référendum du 18 mai.

>> Les notes rédigées par l'ambassadeur de Suède sont aussi révélatrices de sa perception de certains politiciens helvétique:

ptur

Publié le 29 avril 2014 à 11:05 - Modifié le 29 avril 2014 à 19:02