Modifié le 14 janvier 2014 à 10:25

L'inventeur de la Kalachnikov est mort rongé par le remords

Mikhail Kalachnikov posant avec son invention.
Mikhail Kalachnikov posant avec son invention. [AP Photo/Misha Japaridze - ]
A la fin de sa vie, Mikhaïl Kalachnikov, l'inventeur du fusil d'assaut du même nom, a écrit à l'Eglise orthodoxe russe pour lui faire part de ses tourments existentiels.

Mikhaïl Kalachnikov, l'inventeur du fusil automatique du même nom décédé le 23 décembre dernier, avait écrit une longue lettre au Patriarche Kirill pour lui faire part de sa "douleur spirituelle".

Dans ce courrier, rédigé en mai 2012 et publié lundi par le journal russe Izvestia, il explique être dévoré par la culpabilité.

"Je me pose sans cesse la même question, qui reste sans réponse: si mon arme a volé des vies, se peut-il que moi, chrétien orthodoxe, j'en sois responsable?" s'interroge-t-il.

"Diaboliquement envieux, cupide et belliqueux"

"Plus je vis," poursuit-il, "plus cette question s'enracine dans mon cerveau et plus je me demande pourquoi le Seigneur a permis à l'Homme d'être si diaboliquement envieux, cupide et belliqueux".

Ce mea culpa est un revirement dans l'attitude de Mikhaïl Kalachnikov, qui avait refusé toute sa vie d'être tenu responsable de l'usage fait de son arme.

On estime que 100 millions de Kalachnikovs ont été vendues dans le monde.

ptur

Publié le 14 janvier 2014 à 10:24 - Modifié le 14 janvier 2014 à 10:25