Modifié

Pour la justice américaine, "liker" relève de la liberté d'expression

Une icone "Like" sur une entrée du siège social de Facebook, à Menlo Park, en Californie [AFP]
Une icone "Like" sur une entrée du siège social de Facebook, à Menlo Park, en Californie [AFP]
Pour une cour américaine, "liker" relève de la liberté d'expression

La Cour d'appel de l'Etat américain de Virginie considère que le fait d'"aimer" une page Facebook relève de la liberté d'expression, a rapporté jeudi le Washington Post.

Le tribunal devait déterminer si le licenciement de plusieurs employés d'un élu local, remerciés pour avoir "liké" sur Facebook le profil d'un opposant politique, constituait une violation du Premier Amendement, qui garantit la liberté d'expression.

"Déclaration de fond"

Pour la Cour d'appel, "en cliquant sur 'J'aime', l'usager déclare publiquement qu'il 'aime' quelque chose, ce qui est en soi une déclaration de fond". Elle a donc renversé le jugement rendu en première instance.

Cette décision pose plus de problèmes qu'elle n'en résout, souligne le Washington Post. "Tous les boutons de partage doivent-ils être considérés comme des formes d'expression? (...) Le fait d'"aimer" sur Facebook doit-il être nécessairement perçu comme une validation? (...) Quid des retweets sur Twitter?" Des questions qui restent pour l'heure ouvertes.

ptur

Publié Modifié